^

Monde

Le Brexit, un avenir incertain : 6 points pour comprendre

À la veille de Noël, la conclusion de l'accord sur les conditions de départ du Royaume-Uni de l'Union européenne (Brexit) a été annoncée. Le texte final, de plus de 2 000 pages, est entré en vigueur ce 1er janvier 2021, après avoir été ratifié par les membres de l'UE et par le Parlement britannique. Les nombreux doutes et incertitudes qui entourent sa mise en œuvre promettent un avenir incertain au Royaume-Uni.

lundi 4 janvier

Le Premier ministre, Boris Johnson, est parvenu à apaiser les rebelles eurosceptiques de son parti avec un accord qui éloigne le Royaume-Uni de l’UE, bien plus que ne le faisait la proposition de la précédente occupante du 10 Downing Street, Theresa May. Elle maintenait un certain alignement avec l’UE pour éviter un contrôle frontalier entre l’Irlande du Nord (une partie du Royaume-Uni) et la République d’Irlande, ce qui l’avait fait rencontrer une forte opposition de la part de l’aile eurosceptique du Parti conservateur.

Depuis l’entrée en vigueur du Brexit, le Royaume-Uni ne fait plus partie du marché unique ni de l’union douanière de l’UE. Nous allons résumer certains des aspects les plus difficiles de cette nouvelle relation.

1) Commerce et circulation des marchandises

Il a été convenu de maintenir le régime de franchise de droits pour la circulation des marchandises. En d’autres termes, aucun droit d’importation ou d’exportation n’est imposé, et aucun quota n’est fixé. Cependant, sans l’Union douanière, tous les produits (denrées alimentaires, produits pharmaceutiques, produits techniques, etc.) doivent être soumis à un contrôle douanier strict impliquant la présentation de documents pour garantir le respect des normes locales. Toutefois, si l’une des normes de l’UE change, le Royaume-Uni devra s’y conformer, faute de quoi il pourra faire l’objet de sanctions.

En bref, bien qu’il n’y ait ni droits de douane ni quotas commerciaux, il faut passer par une série de procédures bureaucratiques qui ralentissent et rendent le commerce plus coûteux. Il faut donc s’attendre à de nouvelles négociations, probablement arides, sur les futures normes de produits.

2) Droits communautaires et liberté de circulation des personnes

Dorénavant, les personnes de nationalité britannique (UK) n’auront pas le droit de travailler, d’étudier, de créer une entreprise/un commerce ou encore de vivre dans l’UE. Pour les séjours de plus de 90 jours, un visa doit être obtenu. Il y aura des régimes coordonnés pour certaines prestations de sécurité sociale, de retraite et de santé, ce qui permettra aux personnes travaillant dans l’UE d’éviter plus facilement de perdre les cotisations qu’elles ont versées. Il n’y aura pas non plus de reconnaissance automatique des diplômes de médecine, d’infirmerie, d’architecture, de dentisterie, de pharmacie, de médecine vétérinaire et d’ingénierie, de sorte que les diplômes devront être reconnus individuellement pour pouvoir exercer ces professions.

Le système national de santé (NHS), qui dépend d’une main-d’œuvre communautaire pour fonctionner, jouit d’un statut particulier. En effet, les professionnels de la santé de l’UE et des pays tiers qui résident déjà au Royaume-Uni pourront continuer à travailler, mais les nouveaux employés devront faire face à la concurrence de professionnels d’autres pays en dehors de l’UE. De leur côté, les cadres et les spécialistes pourront rester jusqu’à trois ans dans un pays de l’UE, et jusqu’à un an s’ils sont stagiaires ; ces périodes ne peuvent être prolongées qu’avec un permis préalable.

3) La rhétorique anti-immigration et la crise économique

Le Brexit était soutenu par d’importantes sections du "mur rouge", également connu sous le nom de "cœur travailliste", répondant à la démagogie xénophobe et anti-immigration de la droite britannique. Les villes minières et les concentrations de l’ancienne classe ouvrière industrielle ont historiquement été poussées vers le chômage et la pauvreté par la désindustrialisation et la privatisation des entreprises nationales (les télécommunications comme British Telecom ou les entreprises sidérurgiques comme British Steel plc) dans les années 80 sous les gouvernements conservateurs successifs de Margaret Thatcher. Ces concentrations de travailleurs, abandonnés à leur sort pour devenir des "villes fantômes", étaient un terreau idéal pour la rhétorique anti-immigration du Brexit.

Le vote pro Brexit s’est donc exprimé dans un arc allant de ces secteurs du travail aux électeurs de la classe moyenne inférieure et aux conservateurs qui ont voté en faveur du Brexit. Les secteurs d’employeurs qui considèrent l’UE comme un obstacle à l’expansion économique du libre-échange, à la libéralisation et à la déréglementation, comme un moyen de se remettre et de sortir de la crise, se sont également ouverts en 2008.

Le secteur eurosceptique a basé son discours sur une rhétorique nationaliste et anti-immigrants et sur la nécessité de "prendre le contrôle" du pays comme moyen de récupérer l’emploi et l’industrie britanniques. Mais bien sûr, cette démagogie nationaliste n’est pas accompagnée de données économiques. Au contraire, comme le montre Michael Roberts, "l’économie britannique va croître plus lentement en termes réels qu’elle ne l’aurait fait si elle était restée membre" et "il y aurait une perte cumulée du PIB réel du Royaume-Uni au cours des dix à quinze prochaines années de 4 à 10 % du PIB de la sortie de l’UE".

4) L’industrie de la pêche

Avec ce nouvel accord, le Royaume-Uni quitte la Politique Commune de la Pêche (PCP). Cela a été un point de friction dans les négociations parce que le secteur de la pêche, composé principalement de petites entreprises, s’est plaint de sa faible part de quota. Il s’agit d’un secteur ayant peu d’impact sur l’économie britannique - il ne contribue qu’à hauteur de 0,04 % du PIB - ce qui a sans aucun doute influencé le résultat des négociations visant à réduire la limite de capture de pêche l’UE de 25 % sur cinq ans. Comme la flotte de pêche de l’UE continuera à avoir le même accès aux eaux britanniques, à la fin de cette période de cinq ans, un quart (25 %) des captures de pêche de l’UE sera rapatrié au Royaume-Uni.

L’industrie de la pêche, qui voyait dans le Brexit une solution à sa faible productivité et à qui l’on avait promis un accès unique à l’État côtier britannique, est déçue par les termes de l’accord Johnson. L’industrie de la pêche, en particulier l’industrie écossaise, se sent "trahie" par l’accord conclu. En outre, une proportion très importante des travailleurs de ce secteur vient de Roumanie, de Bulgarie et d’autres pays de l’UE, qui seront également touchés par le Brexit.

5) Erasmus, université et recherche scientifique

Le Royaume-Uni se retire du programme Erasmus d’échange d’étudiants universitaires. Cela aura sans aucun doute un impact négatif sur les universités britanniques qui ne bénéficieront pas des visites d’étudiants de l’UE et, en même temps, les étudiants britanniques ne pourront pas réaliser leur programme d’études dans l’UE. Toutefois, l’Irlande du Nord fait exception à la règle et continuera à avoir accès au programme Erasmus.

Le Royaume-Uni continuera à participer au programme de recherche scientifique Horizon Europe en tant que membre associé jusqu’à son achèvement dans sept ans. Il continuera également à faire partie du programme d’observation de la Terre Copernicus de l’Union européenne et du programme de recherche et de formation Euratom de la Communauté européenne de l’énergie atomique.

6) Irlande, Écosse et implications géopolitiques éventuelles

Il n’est pas exclu que la mise en œuvre du Brexit génère des tendances centrifuges au Royaume-Uni et l’émergence de tendances nationalistes. L’accord commercial de Boris Johnson a été fermement rejeté par les parlements d’Écosse et d’Irlande du Nord, qui l’ont qualifié de désastreux et de préjudiciable.

Les parlements d’Holyrood (Écosse) et de Stormont (Irlande du Nord), des nations décentralisées du Royaume-Uni, ont adopté des motions condamnant l’accord à une large majorité après avoir interrompu leurs vacances de Noël pour discuter de l’accord de dernière minute du gouvernement britannique avec l’UE.

Nicola Sturgeon, premier ministre écossais, a déclaré que l’accord trahissait le secteur de la pêche écossaise et constituait une "calamité démocratique, économique et sociale". Elle a déclaré que l’accord de Brexit alimenterait la pression de son parti pour un second référendum sur l’indépendance lors des élections de mai à Holyrood, ajoutant que seule l’indépendance protégerait les intérêts de l’Ecosse et lui permettrait de demander son adhésion à l’UE.

Le contrôle de la frontière de 449 kilomètres entre l’Irlande du Nord (RU) et la République d’Irlande (UE) a été l’un des principaux pièges des négociations du Brexit. L’objectif qui consistait à éviter le rétablissement d’une frontière entre l’Irlande du Nord (partie du Royaume-Uni) et la République d’Irlande a été un échec. Il convient de rappeler que les contrôles douaniers à la frontière ont été introduits en 1923 et se sont poursuivis, avec des degrés de sévérité variables, jusqu’au 1er janvier 1993, date à laquelle les contrôles douaniers systématiques entre les États membres de la Communauté européenne ont été supprimés.

Depuis l’entrée en vigueur du Brexit, le régime de commerce en franchise de droits entre l’Irlande du Nord et l’île de Grande-Bretagne a été maintenu, comme pour tous les pays de l’UE, mais avec une nouvelle frontière douanière le long de la mer d’Irlande. Les ports et les aéroports d’Irlande du Nord seront les points d’inspection pour le contrôle des marchandises.

La nouvelle frontière en mer d’Irlande et l’accès au programme Erasmus permettent à l’Irlande du Nord d’être plus en phase avec l’UE. Il s’agit d’une nouvelle relation qui dérange les unionistes pro-britanniques. De manière contradictoire, cet alignement sur l’UE va dans le sens de l’unification de l’Irlande, de l’historique du mouvement d’indépendance républicain.

Si l’on ajoute à cela que l’Écosse va chercher à adhérer à l’UE et que des éléments communs apparaissent entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord, cette dynamique peut déclencher d’importantes forces centrifuges qui ajouteraient un point de fragilité à l’unité de l’État britannique.

Le Brexit sera-t-il la force qui pourrait conduire à une possible désintégration du Royaume-Uni ? we’ll see

Traduit par Sara Yuki




Mots-clés

Royaume-Uni   /    Union Europénne   /    Brexit   /    Monde