^

Société

Mépris de classe

Les bourgeois du 16e arrondissement de Paris ne veulent plus voir de SDF

Les bourgeois du 16e ne sont pas contents. La cause ? Le maintien d'un centre d'accueil pour personnes sans domicile jusqu'en 2024…

mardi 19 mars

En 2016 déjà, les habitants du 16e contre le centre d’accueil de sans domicile dans leur quartier huppé / Crédits : MAXPPP

Il y a 3 ans, un centre d’accueil de sans domicile fixe était installé en lisière du bois de Boulogne, dans le 16e arrondissement de Paris. Dans ce quartier huppé, la réaction a été immédiate et violente. En amont de l’ouverture de ce centre d’accueil, un incendie volontaire y a été déclenché. Une « violence des riches » que les médias ont bien peu mentionné à l’époque. L’Obs avait également interrogé les habitants du 16e, qui avaient alors pu déverser leur haine et leur effroi de voir des SDF dans leur quartier.

Aujourd’hui, l’affaire rebondit après l’annonce de la maire de Paris, Anne Hidalgo, de maintenir ce centre d’accueil jusqu’en 2024, censé fermer cette année.

La réaction a été immédiate. Chez les riverains d’abord, par la voix de Christophe Blanchard-Dignac, ex-patron de la Française des jeux et actuel président de la coordination de vingt-six associations pour la sauvegarde du bois de Boulogne qui a écrit au préfet, arguant que la « renaturalisation » du site était rendue obligatoire par l’invalidation du permis de construire, en décembre dernier. Les bourgeois du 16e pourraient presque nous faire croire que la question de la fermeture de ce centre est avant tout un enjeu écologique…

Les élus de l’arrondissement ne sont pas en reste. Thomas Lauret, de la République En Marche, a ainsi expliqué être « très critique vis-à-vis de la Mairie de Paris. Quand on s’engage, qu’on dit que dans trois ans, il y aura végétalisation, on doit respecter sa parole. » L’argument est repris mot pour mot de la bouche des habitants de ce quartier, parmi les plus riches de la capitale. Par contre, en matière d’écologie on repassera : nulle trace de déclaration émue de Lauret, lorsque l’Assemblée Nationale a repoussé de trois ans l’interdiction de la fabrication en France de pesticides interdits à échelle européenne.

Derrière les arguments fumeux, c’est bien un mépris de classe qui suinte par tous les pores des bourgeois du 16e. La misère oui, mais pas sous leurs fenêtres ! Comme un symbole, c’est sur un ton quasi militaire que la maire du 16e arrondissement, Danièle Giazzi, a déclaré : « Nous n’avons de leçon de solidarité et de main tendue à recevoir de quiconque. Ces procès d’intention commencent à être pénibles. » En attendant, le conseil d’arrondissement exige le démantèlement du centre…




Mots-clés

SDF   /    Société