^

Politique

Acte 9

Mobilisation en hausse à Lille : la police oblige des Gilets Jaunes à se mettre face contre sol

Acte 9 dans la capitale du Nord. Le cortège de 3000 gilets jaunes aura manifesté pendant plusieurs heures avant de faire face à une énorme répression de la part de la police.

samedi 12 janvier

Image : Capture d’écran Twitter "vénom" @anthonysarti11

13h30 place de la République. Le rassemblement des gilets jaunes sur la place qui fait face à la préfecture est cerné par les forces de répression qui fouillent tous les manifestants. La manifestation de l’Acte 8, qui a vu des gilets jaunes tenter d’occuper le rond point de la porte de postes, avec les affrontements avec la police qui s’en sont suivi, ont durci le dispositif sécuritaire.

Le cortège s’élance en direction du théâtre Sébastopol dans une bonne ambiance où l’on entend résonner les « libérez Christophe  » et les « Benalla, Castaner en prison ». Les gilets jaunes remontent ensuite la rue de Solférino avant de reprendre la rue Nationale pour se diriger sur la Grand’Place, quadrillée par les forces de répression. Le cortège s’est alors dirigé vers la gare avant d’emprunter la rue du Molinel pour rejoindre la place de la République.

Mais au milieu de la rue du Molinel, le cortège s’est scindé en deux. Une partie a continué vers la place de la République tandis que près de 800 personnes se sont dirigées vers la Porte de Paris avant d’aller sur le boulevard Louis XIV en direction du périphérique. Les CRS ont arrêté la progression de la manifestation et ont usé de gaz lacrymogène et de grenades de désencerclement pour disperser les manifestants. La manifestation est alors repartie en direction du centre ville. Dans la rue Faidherbe, les CRS et la Bac ont réussi à nasser la manifestation en lançant des deux côtés des gazs lacrymogènes. Ils ont ensuite forcé les gilets jaunes à se mettre à terre où à rester à genoux les mains en l’air.

Les forces de répression ont ensuite procédé à des arrestations ciblées sur les gilets jaunes. Ils ont notamment interpellé tous les streets-médics lors de cette opération de répression.

Pour cet Acte 9, Lille a montré une mobilisation qui ne faiblit pas et qui se radicalise avec pour la deuxième fois, un cortège qui sort du trajet déposé. La répression policière a aussi fait un bond dans l’usage de la force et dans l’interpellation des gilets jaunes.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Mantes-la-Jolie   /    Lille   /    Violences policières   /    Politique