^

Du Pain et des Roses

PMA pour toutes et tous

PMA : la loi bioéthique votée à l’Assemblée Nationale

Ce mardi 15 octobre, l'assemblée nationale a voté la loi bioéthique, élargissent le droit à la Procréation Médicalement Assistée (PMA) à toutes les femmes. Sur fond d'avancée sociale importante pour le droit des femmes, la majorité est divisée.

mercredi 16 octobre

Crédit photo : AFP

L’assemblée nationale a donné un avis favorable à la loi de bioéthique. Sur les 543 membres de l’assemblée, on compte 359 voix pour, 114 contre et 72 abstentions. Cette loi constitue une avancée importante pour les droits des femmes puisqu’elle permet aux femmes célibataires ou lesbiennes d’avoir accès à la PMA. La loi de bioéthique comporte d’autres articles concernant notamment la fin du délai de réflexion pour un IMG (Interruption Médicale de Grossesse, lorsque le fœtus est en danger par exemple) ou la possibilité pour les femmes de conserver leur ovocyte s’ils sont utilisés avant les 43 ans. Mais la loi pour autant comporte d’importants vides : les hommes trans par exemple ne sont pas concernés par l’ouverture de la PMA. De la même manière la clause de conscience n’a pas été supprimée, donnant une réalité variable à cette loi selon les médecins et laissant la part belle aux idées réactionnaires.

Pour autant, la politique plus générale menée par le gouvernement à travers les attaques sur les retraites, la Loi Travail ou encore contre l’Université contraste nettement avec le progressisme de la loi bioéthique. En effet alors que la PMA pour toutes est votée, les femmes sont les premières touchées par les contre-réformes néolibérales mises en place par le gouvernement Macron. Un exemple concret est la casse des services publics qui touchent directement les milieux hospitaliers, par la réduction des effectifs, voire même par la fermeture de certains hôpitaux en milieu rural, qui ont des conséquences directes sur les maternités et les soins prodigués aux femmes enceintes. De plus, la possibilité d’avoir accès à la PMA est elle-même directement dépendante des hôpitaux et des moyens qui leurs sont alloués. Et l’on voit bien que les mesures du gouvernement en ce sens, sont en contradiction avec la possibilité d’un accès réel à la PMA pour toutes.

D’autre part cette loi, qui était un point central de la campagne de Macron pour tenter de « séduire » l’électorat de gauche, a encore mis en exergue l’existence de désaccords au sein de la majorité LREM. En effet, si la majorité des membres de LREM se sont prononcés en faveur de la loi, 8 ont tout de même voté contre et 25 se sont abstenus. Ce sont donc près de 10% des députés de la majorité qui n’ont pas accordé leur soutien à leur groupe politique sur cette question.
Est à noter aussi, la résurgence de la « manif pour tous » face à cette extension de la PMA à toutes les femmes. Déjà très mobilisés en 2013 contre le « Mariage pour tous » sous Hollande, les groupes réactionnaires se remobilisent contre la loi bioéthique. On notera d’ailleurs la présence de Xavier Breton (LR) dans la manifestation, qui a déclaré « Ce qui compte, c’est la fois d’après, et d’enclencher la dynamique d’un mouvement social ».

Dans un contexte de mobilisation féministe grandissante à échelle internationale, cette avancée pour les droits des femmes vient répondre à une demande importante. Sans surprise, elle passe dans une période où Macron essaye de renouer avec l’électorat féministe autour de cette loi, et avant celle-ci avec le Grenelle des violences faites aux femmes. Pourtant, la défense et l’approfondissement des acquis pour les droits des femmes et des personnes LGBT ne sera assurée qu’en se plaçant le terrain de la lutte et par l’auto-organisation. Pour faire face aux mouvements réactionnaires, mais aussi à ce gouvernement qui, derrière la façade progressiste de la loi bioéthique, casse toujours plus le droit des travailleurs avec en première ligne, les travailleuses.




Mots-clés

LGBT   /    Assemblée Nationale    /    PMA   /    LGBTQI   /    Droits des femmes   /    Du Pain et des Roses