×

Racisme d'Etat

Rennes. Tous dans la rue samedi pour exiger justice pour Babacar et les victimes de violences policières

Ce samedi, une journée commémorative est organisée à Rennes pour rendre hommage à Babacar, tué par la BAC en 2015.

Aguilar Blasco

29 novembre 2023

Facebook Twitter
Rennes. Tous dans la rue samedi pour exiger justice pour Babacar et les victimes de violences policières

Crédits photo : Collectif Justice et Vérité pour Babacar Gueye

Samedi 2 décembre, une journée commémorative est organisée à Rennes pour rendre hommage à Babacar, tué par la BAC en 2015. L’occasion de contester le « non-lieu » tranché par la justice l’année dernière et de poursuivre le combat pour obtenir justice et vérité pour toutes les victimes de violences policières.

Babacar Gueye, un jeune homme sénégalais de 27 ans résidant à Rennes, s’est rendu chez un ami le 2 décembre 2015. Dans la nuit aux alentours de quatre heures du matin, son ami le surprend en train d’effectuer, un couteau à la main, « des petits pas de danse et des gestes d’automutilation, qui laissaient sur son bras et son ventre de légères éraflures  » témoignait ce dernier pour Streetpress. Il demande alors à Babacar de lui donner le couteau, mais celui-ci lui « frappe le bras » avant « de s’excuser ».

Mais en bas de la tour du quartier de Maurepas, ce ne sont pas les pompiers mais une dizaine de policiers, dont des agents de la Brigade Anti Criminalité qui arrivent sur place. Quand Babacar voit la police arriver, il panique : « Babacar était encerclé. S’ils l’avaient voulu, ils auraient pu le désarmer » expliquait son ami dans le Mensuel de Rennes. Une détresse à laquelle les policiers répondront par cinq balles dans le corps. Menotté par les policiers, c’est seulement à l’arrivée du SAMU que la mort de Babacar est déclarée.

Depuis, la sœur de Babacar Awa Gueye, à qui un policier a rétorqué « ton frère a voulu tuer un policier, alors on l’a tué », mène un combat dans les tribunaux et dans la rue pour obtenir la justice et la vérité.

Un combat judiciaire de longue haleine, marqué par de nombreuses incohérences : que ce soit la destruction de l’arme du tireur « par erreur » en 2018, la « disparition » de la dernière balle, les témoignages de policiers qui ne correspondent pas à l’expertise médico-légale et balistique, ou encore le fait qu’à huit policiers, ils aient été incapable de maîtriser un seul homme, tout indique que l’argumentaire de « légitime défense » avancé par les policiers ne tient pas la route. Pourtant, après un premier non-lieu contesté, la justice a décidé de blanchir les policiers et a tranché un deuxième non-lieu en mai 2023.

Une nouvelle victoire pour l’impunité policière, contre laquelle le collectif pour Babacar appelle à lutter ce samedi 2 décembre. Car pendant que le policier qui a tué Nahel sort de prison millionnaire et que les meurtriers de Babacar ressortent blanchis, de nombreux jeunes qui se sont révoltés cet été contre le racisme d’État et les violences policières ont été condamnés à des peines très lourdes, parfois pour « recel de fromage » ou « vol d’une canette de Redbull ».

Contre les violences systémiques de la police que subissent les habitants des quartiers populaires, contre une justice au service du racisme d’État et de l’impunité policière, ainsi que pour obtenir la justice et la vérité pour Babacar, Nahel, Adama, Zyed, Bouna et toutes les victimes de violences policières, il va falloir être nombreux samedi 2 décembre à Rennes.

La journée commencera à 11 heures par une conférence de presse au PAM, suivie de la marche commémorative à 13 heures qui partira rue Guy Ropartz pour se conclure par un temps de discussion, toujours au PAM. Justice pour Babacar !


Facebook Twitter
Campagne raciste : l'imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Campagne raciste : l’imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

L'imam Mahjoubi expulsé : la loi immigration au service d'une campagne raciste basée sur une fake news

L’imam Mahjoubi expulsé : la loi immigration au service d’une campagne raciste basée sur une fake news

Toulouse. La direction de la fac Paul Sabatier fait expulser une centaine de mineurs isolés

Toulouse. La direction de la fac Paul Sabatier fait expulser une centaine de mineurs isolés


« Rideau de fer maritime », expulsions massives : à Mayotte, le gouvernement prépare l'acte II de Wuambushu

« Rideau de fer maritime », expulsions massives : à Mayotte, le gouvernement prépare l’acte II de Wuambushu

Mort d'Adama : le parquet reconnaît l'implication des gendarmes mais continue de défendre l'impunité

Mort d’Adama : le parquet reconnaît l’implication des gendarmes mais continue de défendre l’impunité

Menace d'expulsion de l'imam M. Mahjoubi : une nouvelle campagne raciste signée Darmanin et le RN

Menace d’expulsion de l’imam M. Mahjoubi : une nouvelle campagne raciste signée Darmanin et le RN

Expulsions de SDF : comment l'Etat organise le « nettoyage » de Paris à l'approche des JO

Expulsions de SDF : comment l’Etat organise le « nettoyage » de Paris à l’approche des JO

14 février 1974 en Martinique : l'Etat Français tue des ouvriers agricoles en grève

14 février 1974 en Martinique : l’Etat Français tue des ouvriers agricoles en grève