×

Violence raciste

« Sale noir » : une policière fauche un scooter et truque l’enquête pour être blanchie

Un article publié sur Médiapart révèle que le parquet de Pontoise a classé sans suite le dossier visant une policière, après la découverte de SMS dans lesquels elle avoue avoir renversé un « noir » à moto Une preuve supplémentaire de l’impunité policière.

Tristane Chalaise

9 février

Facebook Twitter
Audio
« Sale noir » : une policière fauche un scooter et truque l'enquête pour être blanchie

Crédits photo : Wikimedia Commons

Dans un article publié hier, Médiapart révèle que le parquet de Pontoise a classé sans suite une enquête visant une policière du commissariat d’Ermont, dans le Val-d’Oise (95). Déjà visée par l’IGPN dans une enquête pour « corruption », « participation à une association de malfaiteurs » et «  violation du secret professionnel  », elle aurait, cerise sur le gâteau, caché avoir renversé un homme à moto avec l’aide de ses collègues.

Dans son téléphone, l’IGPN a en effet découvert plusieurs messages l’incriminant, retranscrits dans l’article de Médiapart. En août 2022, elle écrit à son père « Je suis en patrouille j’ai cartonné un scooter en refus d’obtempérer j’ai peur stp. Il est pas mort. On a interpellé 5 mecs pour stupéfiants à cause de ça je dois rendre compte par écrit. », avant d’écrire à sa mère, quelques minutes plus tard que ses collègues « sont au téléphone avec les caméras de la ville [le centre de supervision urbain – ndlr] pour supprimer le passage où [elle] fonce sur lui », avant de traiter le conducteur du scooter de « sale noir de sale race de mort ». Plus tard, elle écrit dans la conversation « Mes collègues me couvrent ils vont tous mentir sur le rapport en disant c’est lui il m’a foncé dedans j’espère ça va pas finir en procédure au tribunal pour tentative d’homicide maman un truc comme ça je meurs je te dis la vérité. ».

Autant de vœux qui semblent s’être réalisés comme par magie. Après vérification, le brigadier de l’IGPN découvre bien une procédure contre un scooter pour «  refus d’obtempérer » datée du 22 mai 2022. Toutefois, dans la version consignée par les policiers, ce n’est pas la policière qui est au volant, mais un de ses équipiers. De même, ce serait le scooter qui aurait fait semblant de fuir, avant de se retourner et de foncer sur la porte arrière de la voiture des policiers à l’arrêt. Les images de caméras de surveillance, quant à elles, avaient déjà été écrasées au moment de l’enquête. Le conducteur, quant à lui, reste introuvable.

Si elle reste incriminée dans le cadre de la première affaire, les charges contre la policière n’ont finalement pas été retenues dans la seconde enquête, l’infraction étant « insuffisamment caractérisée ». En clair, les messages, très explicites, écrits par la policière ne suffisent pas pour la désigner coupable. Au contraire, selon son avocate, elle aurait menti à ses parents en leur faisant croire qu’elle était la conductrice du véhicule…

Une « vérité » établie à postériori et qui révèle une fois de plus l’impunité policière, dans une affaire qui mêle violence policière et racisme. De fait, loin d’être un acte isolé, l’affaire en évoque d’autres : pendant que les jeunes des quartiers populaires sont au quotidien confronté aux violences policières, des policiers s’étaient déjà illustrés l’année dernière en roulant sur la jambe d’un manifestant tandis qu’en juin dernier, la police tentait de couvrir le meurtre de Nahel, soi-disant tué suite à un « refus d’obtempérer ». Autant d’affaires révélatrices d’une justice de classe qui couvre et légitime les violences d’Etat.


Facebook Twitter
Campagne raciste : l'imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Campagne raciste : l’imam Mahjoubi menotté devant ses enfants et envoyé en centre de rétention

Menace d'expulsion de l'imam M. Mahjoubi : une nouvelle campagne raciste signée Darmanin et le RN

Menace d’expulsion de l’imam M. Mahjoubi : une nouvelle campagne raciste signée Darmanin et le RN

Mort d'Adama : le parquet reconnaît l'implication des gendarmes mais continue de défendre l'impunité

Mort d’Adama : le parquet reconnaît l’implication des gendarmes mais continue de défendre l’impunité

Wuambushu acte II : Mayotte encore le laboratoire des politiques anti-immigrés du gouvernement

Wuambushu acte II : Mayotte encore le laboratoire des politiques anti-immigrés du gouvernement

Expulsions de SDF : comment l'Etat organise le « nettoyage » de Paris à l'approche des JO

Expulsions de SDF : comment l’Etat organise le « nettoyage » de Paris à l’approche des JO

14 février 1974 en Martinique : l'Etat Français tue des ouvriers agricoles en grève

14 février 1974 en Martinique : l’Etat Français tue des ouvriers agricoles en grève

La France a mené la charge pour légaliser l'enfermement des enfants aux frontières européennes

La France a mené la charge pour légaliser l’enfermement des enfants aux frontières européennes

Droit du sol à Mayotte : une offensive pour calmer la colère sans toucher à la misère

Droit du sol à Mayotte : une offensive pour calmer la colère sans toucher à la misère