×

Violences policières

Un policier de la BRAV-M percute et tue un homme de 82 ans

Ce 12 décembre un motard de la BRAV-M a percuté et tué un homme de 82 ans dans le XIXe arrondissement. Un drame qui met une nouvelle fois la lumière sur une unité de police connue pour ses violences policières sans limites, notamment en direction des manifestants.

Antoine Chantin

18 décembre 2023

Facebook Twitter
Un policier de la BRAV-M percute et tue un homme de 82 ans

Crédit photo : Capture d’écran, Cerveaux non disponibles

Ce jeudi 12 décembre, dans le XIXe arrondissement de Paris, un homme âgé de 82 ans a été mortellement percuté par un équipage de la brigade de répression de l’action violente motocycliste (BRAV-M). Traversant l’avenue de Flandre, l’homme a été fauché par l’une des motos de la colonne qui quittait alors sa caserne. Grièvement blessé, la victime a été transportée aux urgences où elle est décédée, des suites d’un traumatisme crânien.

Ce drame jette une nouvelle fois la lumière sur une unité de police déjà connue pour sa grande violence. Créée peu de temps après la prise de fonction de Didier Lallement à la tête de la Préfecture de police de Paris, cette unité illustre le tournant autoritaire et répressif du régime. En effet, la BRAV-M n’est rien d’autre que la résurrection d’une brigade de policiers motorisés qui avait été interdite en 1986, du fait de leur ultra-violence, et dont le pic avait été atteint cette année-là avec le meurtre de Malik Oussekine. Mise en place pour réprimer le mouvement des Gilets Jaunes, cette unité a depuis multiplié les agressions violentes, particulièrement lors de la mobilisation contre la réforme des retraites, lors de laquelle des policiers avaient notamment roulé sur un manifestant qu’ils poursuivaient ou en pointant une arme à feu, également sur des manifestants.

Saisi, suite au drame du 12 décembre, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire pour « homicide involontaire par conducteur », et confié l’enquête à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) et au service de traitement judiciaire des accidents (STJA) de la préfecture de police. Une nouvelle enquête visant cette brigade, qui fait déjà l’objet de plusieurs poursuites ces dernières années, notamment pour avoir tabassé gratuitement un étudiant de 22 ans ou pour avoir proféré des menaces et de violentes insultes racistes contre un manifestant.

Toutefois, comme à chaque cas de violences policières, les agents de répression qui ont tué de l’homme de 82 ans peuvent compter sur le soutien de l’institution policière. En effet, ces derniers bénéficient déjà de la défense en bloc de leur direction, qui fidèle à ses habitudes, justifie l’incident en affirmant que le vieil homme était manifestement ivre puisqu’il circulait « une bouteille à la main », que le motard ne pouvait que le percuter, au risque d’« emplafonner une camionnette garée en double file ». Or selon plusieurs sources concordantes, le passant avait traversé l’avenue alors que le feu était vert pour les piétons, tandis que les motos de l’unité de police franchissaient le passage alors que leur feu était, lui, rouge.

De quoi faire signe vers la violence toujours plus débridée de la police. Vendredi dernier, un jeune homme de 22 ans était tué à Marseille après un contrôle de police. Éjecté de son scooter lors d’une course poursuite, ce dernier est mort ses blessures sur le lieu même du drame. Un drame survenu à peine une semaine après que deux adolescents de 17 ans soient morts dans des conditions similaires en Seine et Marne. Se murant derrière le « refus d’obtempéré », que la police brandit comme véritable prétexte à ses violences et crimes, à l’image de la mort du jeune Nahel à Nanterre en juin dernier, l’institution policière rejette la faute sur les victimes, responsables de leur propre mort. Une « stratégie » qui semble devoir s’appliquer une fois de plus. Cette fois pour un piéton de 82 ans.


Facebook Twitter
La manifestation antiraciste du 21 avril autorisée : tous dans la rue ce dimanche à Paris !

La manifestation antiraciste du 21 avril autorisée : tous dans la rue ce dimanche à Paris !

Des AED condamnés à de la prison avec sursis pour avoir dénoncé la répression syndicale et le racisme

Des AED condamnés à de la prison avec sursis pour avoir dénoncé la répression syndicale et le racisme

Marche antiraciste du 21 avril interdite à Paris. Face à la répression, faisons front !

Marche antiraciste du 21 avril interdite à Paris. Face à la répression, faisons front !

Répression coloniale. A Pointe-à-Pitre, Darmanin instaure un couvre-feu pour les mineurs

Répression coloniale. A Pointe-à-Pitre, Darmanin instaure un couvre-feu pour les mineurs

Peines contre les parents, internats : Attal s'en prend encore aux jeunes de quartiers populaires

Peines contre les parents, internats : Attal s’en prend encore aux jeunes de quartiers populaires

« Place Nette » à Mayotte : le gouvernement relance l'opération Wuambushu pour des expulsions de masse

« Place Nette » à Mayotte : le gouvernement relance l’opération Wuambushu pour des expulsions de masse

Solidarité avec les sans-papiers et les mineurs isolés : tous dans la rue ce vendredi 12 avril !

Solidarité avec les sans-papiers et les mineurs isolés : tous dans la rue ce vendredi 12 avril !

JO : À la Maison des Métallos, la lutte des mineurs en recours s'organise contre les expulsions

JO : À la Maison des Métallos, la lutte des mineurs en recours s’organise contre les expulsions