^

Politique

Violences policières

VIDEO. A Paris, la police utilise la même technique que celle qui a tué George Floyd

Dans le XXème arrondissement de Paris, le jeune Amara Touré a été immobilisé par la police avec un genou sur le cou. Une « technique d’interpellation » qui rappelle la manière dont a été tué George Floyd quatre jours auparavant par la police aux Etats-Unis.

vendredi 29 mai

Alors que la mort de George Floyd a, ces derniers jours, largement été visibilisée dans les médias et sur les réseaux sociaux et que dès mardi soir, à Paris dans le XXème arrondissement à Fougères, la police a interpellé le jeune Amara Touré ce jeudi 28 mai en utilisant le même procédé que celui qui a causé la mort de George Floyd.

« Il écrase sa tête » crie un homme, probablement celui qui filme la scène. Tout comme lors de l’arrestation de George Floyd ce lundi, la scène est filmée et la victime, une personne noire, est plaquée au sol par un policier qui l’immobilise à l’aide de son genou placé sur son cou. L’homme était par ailleurs déjà menotté et donc incapable de riposter. Alors qu’il se tient immobile sous le poids de deux policiers, ces derniers s’acharnent contre lui et lui répètent de « se calmer », l’empêchant par la même occasion de respirer correctement.

Vidéo sous un autre angle :

Quatre jours seulement après l’assassinat d’un homme noir par les forces de l’ordre aux Etats-Unis et alors même que déferle une vague d’indignation générale tant sur les réseaux sociaux que sur place, où des révoltes éclatent chaque soir pour dénoncer la violence systémique de la police envers les personnes racisées et les classes populaires, la police française n’hésite pas à user des mêmes méthodes aussi choquantes soient-elles, par provocation ou simplement par habitude contre la population de certains arrondissements.

Si aux Etats-Unis, les grands médias comme France24 n’hésitent à lier ces meurtres et violences policières au racisme et au faite que George Floyd soit « un Noir américain étouffé sous le genou d’un policier blanc », mettant ainsi en exergue leur caractère raciste, en France les grands médias s’y refusent. Pourtant, comme aux Etats-Unis, les faits de violences policières contre les jeunes des quartiers populaires, loin d’être isolés, sont quotidiens s’intensifiant depuis le confinement.

C’est ce que pointe Assa Traoré interpellant les médias : « Au lendemain du meurtre barbare de George Floyd aux États Unis. Aujourd’hui cette scène se passe en France dans le 20ieme arrondissement, Amara Touré subit la même violence. Les médias français, ils ont condamnés les États Unis hier. Aujourd’hui c’est chez vous en France, il faut aussi condamner ! »

Aux Etats-Unis, la mort de George Floyd a provoqué la colère et l’indignation de milliers d’américains, qui, depuis quelques jours, descendent dans les rues de Minneapolis et Saint-Paul pour crier leur colère contre le racisme et la violence dont font fait constamment preuve les forces de l’ordre la police. Les faits, loin d’être isolés, rappellent de nombreuses arrestations de personnes afro-américaines similaires lors desquelles les victimes avaient été violentées, voire tuées par les policiers. Ces séries d’arrestations violentes avaient mené il y a quelques années à l’émergence du mouvement « black lives matter » aux Etats-Unis.




Mots-clés

Violences policières   /    Politique