Politique

Ce que le 49-3 fera en juillet la rue peut le défaire en septembre

5 juillet : pas de vacances pour la mobilisation contre la loi travail

Publié le 3 juillet 2016

Au moment où le Premier ministre Manuel Valls et la Ministre du travail Myriam El Khomri rencontraient les organisations syndicales représentatives (CFDT, CFTC, CFE-CGC, CGT, FO et FSU), Hollande fixait le cadre politique : « la loi sera votée et promulguée dans les délais prévus ». « Je souhaite qu’une majorité puisse être trouvée. A défaut, il sera de nouveau recouru à l’article 49-3 ». L’enjeu de cette dernière rencontre était de gagner une certaine neutralité de Force ouvrière pour ouvrir la possibilité de décrocher le vote de quelques « frondeurs ». Car sur l’ensemble des articles de la Loi travail, le gouvernement est bien décidé à ne rien changer d’important.

Cet article a d’abord paru le 1er juillet 2016 sur le site du NPA.

Robert Pelletier

Faux reculs

Les petites concessions concernent la confirmation que la branche serait le« niveau de négociation » sur six thèmes –« les salaires, les classifications, la formation professionnelle, la prévoyance, l’égalité professionnelle et la pénibilité  ». Outre le flou de la formulation, cela pourrait prêter à rire au moment où le MEDEF annonce qu’il refuse de mettre en œuvre les décrets « pénibilité ».

Pour FO il ne manquerait plus que l’emploi,les heures supplémentaires, le travail de nuit et le temps partiel ne relèvent plus des entreprises pour« sortir par le haut ».

La CGT de son coté avait fait des propositions lors de la précédente rencontre Martinez-El Khomri, très inquiétantes qui avait le double inconvénient d’entrer dans la logique des« concessions réciproques... équilibrées »et de la « refonte totale du code du travail »dans le cadre prévu par la Loi travail.

Si rien n’a bougé du coté de l’article 2 la direction de la CGT juge « intéressantes »mais « insuffisantes », l’ouverture d’une négociation pour définir avant le 31 décembre un« ordre public conventionnel  » dans les branches et la saisine du Haut conseil du dialogue social sur la refonte du code du travail ont été jugées et le renforcement du rôle des branches.

Les violences de l’État

Dans le même temps le gouvernement poursuit une politique répressive sans précédent. Arrestations massives avant et pendant les manifestations, assignations à résidence, contrôles « préventifs », encagement des manifestations, gazages, matraquages, condamnations prennent toujours plus d’ampleur de Marseille à Lille et de Rennes à Paris. Mesures auxquelles vient s’ajouter la relaxe du chauffard de Vitrolles responsable de graves blessures de militantEs dans les Bouches-du-Rhône. Or pratiquement aucune prise de positions de l’intersyndicale ou de ses composantes ne dénoncent ces violences, cette politique de brutale répression.

Face aux tergiversations

La déclaration de l’intersyndicale du jeudi 30 juin, une nouvelle fois muette sur ces questions,appelle « à poursuivre la mobilisation contre ce projet de loi, sur des formes à déterminer localement, durant le débat parlementaire, notamment le 5 juillet ». Le tout annoncé sous le titre « Le souffle ne nous manque pas ! »

Une perspective bien en retrait alors que plusieurs fédérations, UD syndicats se sont déjà prononcés pour une nouvelle journée nationale de mobilisation pour le 5 juin. D’autant plus critiquable que le cadre politique fixé est celui de la votation citoyenne et la condamnation par le Comité des droits économiques et sociaux et culturels de l’ONU au regard des effets sur la protection sociale des salariés et la précarité qu’il engendre et d’une éventuelle condamnation par l’OIT.

On continuera jusqu’au retrait

A la sortie de la rencontre avec Valls et El Khomri, la direction confédérale CGT affirmait « La mobilisation est plus que jamais d’actualité. Prochaine date le 5 juillet. ». Manifestement, il faut que les équipes militantes qui ont décidé de ne rien lâcher soient à l’initiative. Dans plusieurs entreprises la combinaison de la lutte contre la Loi travail et les revendications spécifiques a permis de faire reculer le patronat. Partout où cela est possible, nous devons maintenir la pression, multiplier les initiatives qui permettent de conserver la combativité, de tisser des liens. Ce que le 49-3 fera en juillet la rue peut le défaire en septembre.

Crédit Photo : Photothèque Rouge / MILO