^

Politique

A 2 jours de l'ouverture des négociations

Air France. Le syndicat CFE-CGC prêt à se battre contre l’augmentation des salaires !

C'est Médiapart qui a révélé l'affaire. Ainsi, dans un courrier adressé au PDG d'Air France, et à deux jours de l'ouverture des négociations, le syndicat CFE-CGC, majoritaire, demande expressément à « ne rien céder à l'intersyndicale » et de ne pas augmenter les salaires !

Crédit photo : Airbus Industries, Gousse H.

Sans doute, la CFE-CGC se serait passée d’une pareille fuite. Médiapart a en effet révélé un courrier pour le moins explosif, adressé par la centrale syndicale à Benjamin Smith, le nouveau PDG d’Air France. Ainsi, la CFE-CGC exhorte, sur la question des négociations annuelles obligatoire, la direction de l’entreprise à « ne rien céder » aux revendications de l’intersyndicale et des grévistes qui se sont battus ces derniers mois : c’est à dire, une augmentation des salaires !

Joint par téléphone par Médiapart, le secrétaire général de la CFE-CGC d’Air France Bernard Garbiso cherche à justifier l’injustifiable. « Il y a des raisons liées à la stratégie de l’entreprise. On ne peut pas augmenter les salaires au niveau demandé par l’intersyndicale alors que l’on a déjà connu des pertes énormes à cause de la grève cette année » a t-il ainsi avancé. Une position que l’on croirait tenue par un PDG... Plus loin, Garbiso assume totalement son rôle de véritable co-gestionnaire, estimant qu’il était de son devoir d’« informer du contexte » Benjamin Smith, qui a remplacé Jean-Marc Janaillac après le très médiatique référendum perdu par Air France en mai dernier. Et la menace de Garbiso est même explicite : si la direction cède, la CFE-CGC ne sera plus à ses côtés !

Ce que nous voulons dire au nouveau PDG, c’est qu’il est dangereux, pour vouloir faire plaisir à certains, de céder maintenant

Bernard Garbiso

En se présentant comme un « syndicat responsable », la CFE-CGC se place ouvertement du côté de la direction contre les travailleurs et les grévistes d’Air France, qui se sont battus pour une augmentation des salaires ! Une position qui peut apparaître aberrante, mais qui ne fait que se placer dans la suite logique des positions du syndicat pendant le conflit, qui a refusé d’intégrer l’intersyndicale et s’est frontalement opposé aux travailleurs en lutte. La fuite de ce courrier adressé au PDG d’Air France n’est qu’une confirmation éclatante : celle d’une collaboration évidente de la CFE-CGC avec la direction.




Mots-clés

Grève   /    Air France   /    Syndicat   /    Politique