^

Monde

Macri, Macron et répression

Appel. Rassemblement contre la venue du président argentin samedi à Paris

Les deux ans de gouvernement Macri en Argentine ont signifié deux ans de mesures contre la population, qui se sont traduits par des hausses des prix, le gel de salaires, des mesures de répression brutales, l’endettement pour les 100 prochaines années, des coupes budgétaires et des licenciements dans l'éducation, la science, la technologie et la santé. Ils ont signifié des plans visant à réduire les retraites et la répression contre les populations indigènes. Ils ont signifié plus de violences policières, la continuité de la criminalisation des luttes, la mort de Santiago Maldonado et Rafael Nahuel.

Crédits photo : Claudio Reyes / AFP

Ces deux années ont également signifié le dénigrement de la lutte du peuple argentin pour la mémoire, la vérité et la justice, alors que les peines des génocides de la dernière dictature militaire étaient réduites et les conditions de détention de nombreux responsables de crimes contre l’humanité allégées (assignations à résidence, etc.).

Les politiques économiques et sociales du gouvernement de Cambiemos conduisent inévitablement à la persistance et à l’aggravation de la pauvreté et de la misère tout en approfondissant les inégalités : politiques, économiques, sociales, culturelles et éducatives.

Face à cette réalité, la résistance dans les rues devient indispensable. Le principal frein pour l’offensive du macrisme est le peuple organisé, comme en témoignent les manifestations du 14 et 18 décembre derniers.

Nous dénonçons la présence de Macri à Paris et exprimons notre solidarité avec les luttes du peuple argentin.

Non à l’austérité et à la répression ! Non aux accords entre les gouvernements argentin et européen ! Non à l’allègement des conditions de détention des génocides ! Liberté pour tou.te.s les prisonnier.e.s politiques !

Rassemblement samedi 27 à 11h30 à la Place du Châtelet à Paris

CALPA
Colectivo Justicia por Santiago y Rafael – Francia
Pico y Pala




Mots-clés

Emmanuel Macron   /    Argentine   /    Monde