^

Monde

Argentine : campagne internationale de soutien

Philippe Martinez, Philippe Poutou, Toni Negri, Tariq Ali s’interrogent : « Où est Santiago Maldonado ? »

Quarante-neuf jours après la disparition de Santiago Maldonado, jeune militant pro-mapuche kidnappé par la police, des politiques, des intellectuels et des syndicalistes français manifestent leur soutien.

Credit photo :Victor R. Caivano/AP/SIPA

Le 1er août, Santiago Maldonado a été arrêté par la gendarmerie au cours d’une opération répressive d’une extrême violence, calquée sur les méthodes pratiquées sous la dictature, envers la communauté mapuche de Cushamen dans la province du Chubut (Patagonie argentine). Depuis ce jour, personne n’a eu de nouvelle de Santiago et le gouvernement n’a cessé de mentir et d’essayer de détourner sur la communauté mapuche sa responsabilité dans cette disparition. Mais l’état argentin et le gouvernement Macri sont sans aucun doute responsables, comme le prouvent de nombreuses preuves, en particulier de nouveaux témoins clés qui ont parlé ces derniers jours. Face à ces nouveaux témoignages accablants, le juge Otranto, chargé de l’affaire, a pris la décision d’envoyer à 5h du matin ce lundi 18 septembre 400 gendarmes (plongeurs, unité d’infanterie, police montée) accompagnés d’hélicoptères, de drones, et de chiens policiers dans la communauté Cushamen, tout en refusant l’accès au site au frère de Santiago, Sergio Maldonado, ainsi qu’à la presse et aux organisations de droits de l’homme. Il s’agit sans aucun doute d’une nouvelle manipulation de la part du gouvernement afin de faire disparaître des preuves éventuelles qui seraient encore existantes, ou voire pire, de tenter d’en faire apparaître de nouvelles qui incrimineraient la communauté mapuche sur qui ce dernier ne cesse de s’acharner depuis des mois.

Une campagne de soutien internationale (https://www.laizquierdadiario.com/Campana-internacional-por-Santiago-Maldonado ) a été lancée pour dénoncer la culpabilité du gouvernement argentin, et pour exiger la réapparition immédiate de Santiago Maldonado. Des syndicalistes, politiques et intellectuels, tels que Philippe Poutou, Philippe Martinez, Jean-Baptiste Eyrault, Danièle Obono ou Eric Coquerel ainsi que des intellectuels comme Tariq Ali, Jean Batou, Oreste Scalzone, Judith Revel ou Antonio Negri se posent toutes et tous la même question :« Où est Santiago Maldonado ? » et disent que « Le gouvernement argentin et Macri sont responsables de sa disparition ! ».


Philippe Martinez. secrétaire général de la CGT


Philippe Poutou. Porte-parole du NPA et ex-candidat à la présidentielle


Eric Coquerel. Député de la France Insoumise


Tariq Ali. Ecrivain, essayiste et éditeur New Left Review-Verso


Jean Batou. Historien, Université de Lausanne


Danièle Obono. Députée de France Insoumise


Alain Krivine. Membre du Nouveau Parti Anticapitaliste


Oreste Scalzone. Essayiste et militant


Jean-Baptiste Eyraud. Droit au Logement

Judith Revel. Philosophe, Université de Paris Ouest-Nanterre


Antonio Negri. Philosophe

_




Mots-clés

Santiago Maldonado   /    Argentine   /    Répression   /    Monde