^

Politique

Révélations du Canard enchaîné

Attentat de l’Hyper Cacher. Le fournisseur d’armes était un facho indic de la gendarmerie

Le Canard enchaîné confirme que le fournisseur d’armes d’Amedy Coulibaly – l’assassin de l’Hyper Cacher de Vincennes – est un indic bien connu de la gendarmerie, ancien gros bras du FN et membre actif de l’extrême droite identitaire lilloise.

Crédits photo : Eric Feferberg / AFP

Facho notoire, trafiquant d’armes et indic de la gendarmerie

Claude Hermant, 54 ans, a tout pour plaire. Ancien barbouze et ex-membre du service d’ordre du Front national, figure connue dans les milieux de l’extrême droite identitaire à Lille, il est devenu indic de la gendarmerie en 2013 après l’avoir été durant de nombreuses années pour les douanes. Le reste du temps, ce personnage peu recommandable est gérant d’une friterie lilloise – La Frite rit…– et est trafiquant d’armes. « Sa tâche était de servir son pays et il devait donner des informations aux gendarmes concernant des délinquants de tout poil », justifie ironiquement son avocat, Me Maxime Moulin.

En janvier 2015, il avait été placé en détention provisoire pour trafic d’armes. En effet, dans le cadre d’une « mission d’infiltration », il a importé des armes « neutralisées » (ne pouvant tirer qu’à blanc) de Slovaquie qu’il est également accusé d’avoir lui-même remilitarisées. Ces armes ont été achetées via la société Seth Outdoor, qui appartient à nulle autre que la compagne de Claude Hermant. L’une des deux voitures contenant la cargaison est interceptée à un péage d’autoroute entre Lille et Paris. Le deuxième convoi, en revanche, passe à travers les mailles du filet. Il contient 85 armes à feu slovaques en tout genre que Claude Hermant vend à son plus gros client : Samir Ladjali, le fournisseur direct d’Amedy Coulibaly. La suite est connue : ce dernier, lourdement armé, assassinera quatre personnes dans l’Hyper Cacher de Vincennes le 9 janvier 2015, au cours de la prise d’otages, deux jours après l’attentat de Charlie Hebdo.

Quand la gendarmerie ferme les yeux : les différentes versions

Interrogé sur les faits en décembre 2015, Claude Hermant assure n’avoir « ni de près, ni de loin à voir avec ces attentats ». Les gendarmes en lien avec l’ex-barbouze, quant à eux, ont déclaré en avril 2015 : « Nous n’aurions jamais autorisé l’achat d’armes même neutralisées pour qu’il les vende dans le but d’infiltrer un trafic. C’est énorme. ». Une version mise à mal par un courriel daté du 6 mai 2014 (soit plusieurs mois avant le déroulement des faits) qui a été retrouvé dans la boite mail de Claude Hermant. Dans ce mail, l’indic donne les numéros de plaques d’immatriculation des voitures d’un acheteur d’armes qui s’apprête selon lui à braquer « un centre fort ». Acheteur qui n’est autre que Samir Ladjali, le fournisseur de Coulibaly. 

Profitant des incohérences dans la version des forces de l’ordre, Claude Hermant et son avocat ont tenté d’inverser les rôles le 28 avril dernier. Il a déposé plainte au parquet de Lille contre la gendarmerie et les douanes pour « mise en danger d’autrui ».
« On a demandé à mon client d’entrer en contact avec des personnes peu fréquentables. […] On a abandonné un soldat en rase campagne », justifie Me Maxime Moulin, qui demande à ce que les rapports de contact entre Claude Hermant et la gendarmerie soient déclassifiés. « Si on ne peut pas avoir ces rapports on va demander directement aux gendarmes de s’expliquer ». Et l’avocat de demander « comment des armes qui partent de Lille arrivent à Paris, échappent une première fois à la gendarmerie, avec un loupé semble-t-il à un péage, qui les réactive et quel est leur cheminement final jusqu’à Coulibaly ».

Ou quand l’extrême droite entretient des rapports étroits avec les organisations terroristes et les forces armées françaises…

Aujourd’hui, il est prouvé que la gendarmerie connaissait le fournisseur d’armes d’Amedy Coulibaly et qu’il s’agit d’un de leurs informateurs, doublé d’un facho notoire. Ironique quand on songe que l’attentat qui s’en est suivi a été le prétexte à la promulgation de l’état d’urgence, permettant le renforcement considérable de ces mêmes forces armées et leur impunité la plus totale. Ironie morbide également, que ce soient les mêmes hommes qui prônent la fermeture des frontières et distillent une idéologie raciste et xénophobe en agitant l’épouvantail du risque terroriste et qui fournissent des armes auxdits terroristes.

Alors que Claude Hermant pourrait être libéré très prochainement, à l’issue de sa mise en détention provisoire, cette affaire est également une illustration criante des liens étroits qu’entretiennent les forces armées françaises avec l’extrême-droite et la fachosphère. On se souviendra notamment des manifestations d’extrême-droite constamment défendues par des cordons de CRS – qui en revanchent ne se gênent pas pour « casser du gauchiste » et réprimer violemment les habitants des quartiers populaires. Ou encore de ces membres de la fachosphère protégés par la justice française. Ou même, très récemment et par-delà les frontières, des croix gammées retrouvées dans les casernes de l’armée allemande.




Mots-clés

Attentat   /    Politique