^

Société

« Une représaille de plus du parquet de Pontoise »

Bagui Traoré accusé de "tentative d’assassinat". Le communiqué de la famille

Ce mardi 28 février, une nouvelle procédure a été ouverte contre Bagui Traoré, comprenant notamment un chef d’inculpation de « tentative d’assassinat ». Nous relayons ci-dessous le communiqué de la famille.

Communiqué du collectif Vérité pour Adama

A 6h ce matin, Bagui Traoré 1er témoin du meurtre de son frère a été placé en garde à vue.

Il était déjà emprisonné sur la base de faux témoignages et de mensonges des policiers municipaux et des gendarmes de Persan après le conseil municipal du 17 novembre 2016. Le procès qui s’est tenu le 14 décembre a illustré le traitement sordide de l’Affaire Adama, reconnaissant Bagui coupable de délits qui n’ont jamais pu être prouvés.

Aujourd’hui, les chefs d’inculpations sont extrêmement graves. L’acharnement pour le discréditer s’intensifie durement depuis quelques heures.

Depuis ce matin, les membres de la famille Traoré sont tour à tour entendus par la gendarmerie de Persan, gendarmerie où est mort Adama Traoré le 19 juillet dernier. Cette matinée du 28 février prouve une fois encore l’acharnement des instances judiciaires contre la famille Traoré.

Une nouvelle enquête est ouverte contre Bagui Traoré. Les nouveaux chefs d’inculpation sont d’une extrême gravité :
- Tentative d’assassinat
- Dégradation ou détérioration du bien d’autrui par un moyen dangereux pour les personnes
- Dégradation ou détérioration d’un bien appartenant à un dépositaire de l’autorité publique
- Non dénonciation de crime

Par ailleurs, il nous a été très difficile d’apporter notre soutien à Bagui ces derniers mois. Depuis son incarcération le 23 novembre 2016, Bagui Traore n’a pu recevoir de visite de sa famille. Les permis de communiquer et de visite de la famille n’ayant été accordés que le 30 janvier 2017 sous pression de l’avocat. Assa Traoré et la compagne de Bagui sont à ce jour les seules ayant droit de visite au parloir, la première visite d’Assa ne devait avoir lieu que le 1er mars. Nous ne voyons qu’une représaille de plus du Parquet de Pontoise, une vengeance qui a permis ce matin la déstabilisation psychologique de notre frère, fils et ami Bagui.

Tout est mis en œuvre pour détruire notre lutte et ces derniers évènements constituent une nouvelle mise à mort de notre frère Adama. Après avoir asphyxié notre frère, fils et ami, ils étouffent depuis ce matin notre lutte, notre famille et mettent toute en œuvre pour tuer psychologiquement Bagui, 1er témoin du meurtre de son petit frère.

Ces accusations ne sont là qu’en réponse à l’organisation efficace de la famille et des proches d’Adama Traoré, depuis 7 mois. Depuis le 19 juillet 2016, et particulièrement depuis le 23 novembre, nous faisons face à une campagne de criminalisation à l’endroit de notre famille. Cette criminalisation vise à étouffer notre lutte pour la dignité, la vérité et la justice pour Adama.

Des hommes et des femmes se sont battus pour la justice et la vérité, ces causes que nous revendiquons pour la perte d’une des nôtres. Nous continuons à nous battre pour la libération de Bagui. Nous continuons une lutte digne et forte.
Nous saluons le courage de Bagui, nous nous efforçons de travailler à sa libération. Cette condamnation ne doit en aucun cas nous obliger à fléchir, à faiblir ou concéder à quelques compromis au nom d’Adama. Pour la Justice, la Vérité et la Liberté les mobilisations ne faibliront pas et nous continuerons. Plus que jamais, devant tant de difficultés, nous aurons besoin de chacun et chacune d’entre vous. Alors, notre réponse n’en sera que plus forte !

C’est pourquoi nous vous donnons rendez vous ce soir :
Réunion Publique le 28 février 2017 à 17h au CICP 21 ter rue Voltaire, 75011 Paris (M9, Rue des Boulets)

Le Comité Adama s’exprimera sur ces derniers évènements.

Vérité et Justice pour Adama Liberté pour Bagui
Le Comité Justice et Vérité pour Adama




Mots-clés

Adama Traoré   /    Violences policières   /    Société