^

Jeunesse

Le Mirail n'est pas seul !

Blocage à Sciences Po Toulouse. Une AG à 300 en solidarité avec le Mirail !

Alors qu'hier, le tribunal administratif de Toulouse a ordonné l'évacuation par la force des étudiants et personnels mobilisés du Mirail, à Toulouse la solidarité s'organise. Ainsi, à Science Po', les bâtiments étaient bloqués ce matin et une assemblée générale de 300 étudiants et personnels s'est tenue, affirmant son soutien au Mirail.

Alors que les cheminots toulousains ont ré-affirmés leur solidarité avec les étudiants et personnels du Mirail mobilisés et menacés d’une intervention policière pour débloquer la fac, les étudiants de Science Po’ ne sont pas en reste. Dès 5h30 du matin, une vingtaine d’entre eux ont bloqué les batiments de l’Institut d’Etudes Politiques (IEP), avec des mots d’ordre explicites « pas de flics dans nos facs. Solidarité Mirail ». Une action d’autant plus lourde de sens puisque le président du tribunal administratif, Christophe Laurent, est également membre du conseil d’administration de Sciences Po Toulouse.

Très vite, et alors qu’une assemblée générale doit se tenir à 11 heures, un communiqué tombe. La fermeture administrative de l’IEP est prononcée, empêchant de fait les étudiants et personnels de se réunir dans les locaux.

Une décision qui, loin d’éteindre la détermination des étudiants et personnels, galvanise les troupes. Ainsi, une AG en extérieur s’improvise, et ce sont près de 300 personnes qui y participent. Un chiffre extrêmement élevé, car Sciences Po Toulouse compte moins de 800 étudiants actuellement dans la ville rose.

Le soutien aux grévistes du Mirail a été voté à une très large majorité, et l’assemblée générale a été un moment d’ouverture du débat politique, très apprécié par l’ensemble des étudiants et personnels présents. Ce soutien explicite a été très apprécié par la poignée d’étudiants du Mirail venus remercier leurs homologues du centre-ville pour cet élan spontané de solidarité.

Bien évidemment, des étudiants de Sciences Po ont décidé de participer au rassemblement de soutien devant la préfecture, ce soir à 18h, mais aussi d’apporter concrètement leur aide en convergeant par la suite sur le Mirail, et dormir à l’occupation en cours depuis mars dernier. Un bel exemple de solidarité, extrêmement positif au vue de l’offensive répressive décidé par le gouvernement et appliqué par ses relais judicaires et policiers.




Mots-clés

Mirail   /    Toulouse   /    Répression   /    Jeunesse