^

Notre classe

Contre la réforme du ferroviaire

CFDT Cheminot : Le Colloque de la honte !

La CFDT Cheminot devenue spécialiste dans la collaboration de classe avec le patronat à la SNCF, ne se cache plus de sa complicité dans la casse du ferroviaire, et pour la préparation du transfert de milliers de cheminot vers les entités privées à l’horizon 2019.

Le 14 décembre prochain, la CFDT Cheminot organise au sein des locaux de la fédération un colloque en grande pompe avec tout le gratin du patronat des transports public.

On se demande même si la CFDT ne serait pas devenue une sorte de « wedding planner » du syndicalisme, faisant la communication au service de la SNCF. Guillaume Pepy, Laurent Berger, Patrick Jeantet, sont quelques-uns des dizaines des grands noms qui se succéderont à la tribune de ce colloque pour expliquer à quelle sauce ils souhaitent collaborer ensemble pour mieux manger les cheminots.

« Quelle concurrence aujourd’hui, demain, ici et ailleurs ? »

Les thèmes abordés ne sont rien de moins que des thématiques loin de toute combativité, comme si la CFDT avait déjà abandonné la lutte, si tant est qu’elle l’avait déjà entamée un jour. Voilà le dialogue social que souhaite Macron et le Medef, un dialogue social qui ferme sa gueule et qui accepte de collaborer, tout en utilisant l’argent des adhérents pour organiser cette foire qui va coûter des milliers d’euros aux adhérents de la CFDT Cheminot. Alors que les cheminots de la SNCF subissent de plein fouet cette réforme qui, selon les dire de Didier Aubert en 2014 « ne changera rien », aujourd’hui la CFDT confirme sa stratégie de 2014 au côté de l’UNSA pour collaborer à la division syndicale, courant de plateaux télé en plateaux télé pour dire aux cheminots que la grève reconductible à la SNCF menée par SUD/CGT/FO ne servaient à rien, car ils avaient déjà obtenu toute satisfaction. On se rappel de ces paroles « le statut est conservé », « grève irresponsable » « prises d’otages des bacheliers », on voit aujourd’hui avec le rapport Spinetta qui tombera dans les prochains jours, et les annonces de plus en plus claires du gouvernement que les cheminots n’emporteront rien avec eux s’ils sont transférés, voire perdront tout, leurs retraites et leurs statuts.

Alors que la concurrence n’est toujours pas arrivée, la SNCF a déjà commencé à récupérer des marchés comme celui du T11 Express en Juillet 2017 entre Épinay-Sur-Seine et le Bourget, recupéré par sa filiale de droit privée « Transkeo ». La suite, les cheminots la connaissent, récupération des marchés par les filiales de la SNCF ; car oui ! le seul vrai concurrent de la SNCF reste la SNCF, opérant un tour de passe-passe entre groupe public ferroviaire et filiale privée pour faire des économies sur les salaires et les acquis sociaux des cheminots.

Ce colloque se fera donc dans une situation plus qu’alarmante à la SNCF au moment ou celle-ci profite de l’élection de Macron pour faire passer un maximum de contre-réformes, comme le transfert d’activité, l’élargissement du délai de prévenance, application des ordonnances, ou encore la suppression des facilités de transport.

Pendant que les technicentres ferment les uns après les autres, que les établissements voyageurs sont fusionnés, les postes d’aiguillages remplacés par des ordinateurs, que le FRET SNCF prépare le transfert vers le privée de milliers d’agent, la CFDT Cheminot, elle, prépare les petits fours et les coupes de champagne pour Guillaume Pépy et ses amis du transport ferroviaire.

Certains syndicats préparent déjà l’appel à boycotter massivement ce colloque de la régression sociale.

Les cheminots vont devoir se désolidariser de cet événement qui ne vise qu’a préparer la sauce à laquelle on essayera de les manger. Les adhérents de la CFDT Cheminot vont devoir également faire bloc contre cette événement de compromission au patronat payé avec l’argent de leurs adhésions.

PDF - 1.7 Mo




Mots-clés

CFDT   /    Cheminot-e-s   /    Notre classe