^

Monde

Pressions religieuses

Crise dans le Golfe : la coalition anti-Qatar durcit à nouveau le ton

La semaine dernière, la coalition arabe emmenée par l’Arabie Saoudite pour faire rentrer dans le rang l’émirat du Qatar avait semblé faire un pas vers une sortie de crise. Mais l’absence de réponse des qataris semble avoir poussé la coalition à durcir le ton et utiliser le Hajj pour faire pression sur leurs voisins.

Le Qatar ne veut pas rentrer dans le rang au grand dam des Saouds

La réunion était attendue par tous les pays du Moyen Orient : le quartet anti-Doha s’est réuni à Manama, la capitale du Bahreïn, pour discuter de la suite qu’ils donneraient à leur offensive contre la dynastie Al-Thani qui dirige actuellement le Qatar. Les chefs de la diplomatie égyptienne, saoudienne, émiratie et bahreïnienne ont décidé de continuer leur bras de fer et de ne reculer sur aucune des treize revendications qu’ils ont adressées à leur voisin, contrairement à des reculs la semaine dernière qui auraient pu faire envisager une sortie de crise. De fait, laisser le petit pays du Qatar et ses quelques 300 000 citoyens gagner contre l’Arabie Saoudite et ses 31 millions d’habitants seraient une cinglante défaite pour l’Arabie Saoudite, qui avait à l’origine mené ces représailles contre Doha car ce dernier refusait de s’aligner derrière Ryad contre son ennemi régional, le régime iranien.

Face au « soft power » d’Al Jazeera, l’Arabie Saoudite bloque des qataris en pèlerinage

Si l’une des grandes revendications du quartet anti-Doha était la fermeture de la chaine internationale Al Jazeera, emblème du pouvoir qatari de par le monde, il semblerait que l’Arabie Saoudite serait en train d’utiliser son contrôle sur les lieux saints de l’Islam, et notamment la Mecque, pour entraver le pèlerinage des qataris. Ryad a en effet émis de nombreuses restrictions contre les ressortissants qataris, comme l’interdiction d’arriver de Doha à partir de vols de la compagnie Qatar Airways, ou encore l’impossibilité pour les qataris d’arriver autre part que par Jeddah ou Médine. Pour les musulmans, le Hajj, c’est à dire le pèlerinage à la Mecque est un des cinq piliers de l’Islam, et l’utilisation de ce levier contre les qataris a donc été très mal vu. Les tensions sont encore remontées quand certains médias ont parlé de la volonté du Qatar « d’internationaliser » l’organisation du pèlerinage, ce qui aurait été une grande attaque pour l’Arabie Saoudite. Ces tensions sont loin de s’apaiser au Moyen Orient, et celles ci couteront avant tout aux plus précaires, aux deux millions de travailleurs étrangers qui travaillent au Qatar ou encore à toutes celles et ceux qui n’ont pas le privilèges d’appartenir aux familles royales qui se battent pour gagner en puissance sur leurs voisines.

Crédits photos : Getty Image




Mots-clés

Qatar   /    Arabie Saoudite   /    Proche et Moyen-Orient   /    Egypte   /    Monde