^

Monde

Victoire !

Des travailleurs de Hilton aux Etats-Unis ont voté la création de leur syndicat

Le 4 décembre, les travailleurs du Hilton Hotel à Stamford, dans le Connecticut, ont voté massivement pour la création d’un syndicat. Avec 110 pour et seulement 5 contre, c’est une grande victoire et une source d’espoir pour plus de 120 travailleurs.

Depuis la marche pour la reconnaissance syndicale du 13 novembre, les travailleurs de Hilton sont restés à l’offensive, organisant des délégations quotidiennes pour faire face au patron. Ils ont eu le soutien de nombreux travailleurs et étudiants à travers les Etats-Unis, et à l’international, et ont tenu le coup face à la campagne antisyndicale de la direction. Et ce n’était pas une lutte facile : la direction a fait appel à des avocats spécialisés en démantèlement syndical, tels que Cruz and Associates, le spécialiste antisyndical du président Trump, dans le but d’écraser le mouvement et donc d’empêcher l’obtention d’une accréditation syndicale.

En seulement une semaine, et qui plus est la dernière semaine de bataille, la société Atrium Hospitality qui gère le Hilton de Stamford a possiblement dépensé plus d’un million de dollars pour avoir des managers spécialisés dans le démantèlement syndical venant de tout le pays, leur payant les repas et les logeant dans des suites. De leur côté, les travailleurs ont compté chaque promesse, chaque mensonge, et sont restés déterminés face aux menaces de la direction.

Les femmes de chambre, les cuisiniers, les serveurs, les hôteliers, les travailleurs de la maintenance, et les agents d’accueil fermaient l’établissement après chaque réunion qui tentait de les intimider et de les décourager de créer leur syndicats. Dans une ultime, et pathétique, tentative de gagner la sympathie de ses employés, la société Atrium a envoyé des lettres directement chez eux, exprimant leurs excuses et leur suppliant de leur laisser “une seconde chance”. Les travailleurs ont tout de suite identifié le piège de cette dernière tentative. Tous les efforts de la direction ne pouvaient pas arrêter les travailleurs de voter pour la création de leur syndicat !

Et donc, un lundi matin, des douzaines de travailleurs Hilton se sont rassemblés au coin de la Greenwich Avenue à Stamford, et ont marché silencieusement. Au vu de la foule de travailleurs et de soutiens à 6h du matin, l’issue du vote semblait être clair. A 17h30, tous les votes étaient décomptés, et le résultat est devenu officiel.

Cependant, le vote n’est qu’un début. La bataille continue, avec la revendication d’un meilleur contrat. Mais il est assuré que plus une femme de chambre ne sera payée 11 dollars de l’heure pour avoir nettoyé près de 40 chambres, après des décennies de travail qui détruit leur santé. Les équipes de la restauration sans assurance maladie vont avoir une couverture santé, par la contribution de plusieurs sociétés. Les serveurs ne se couperont plus les doigts en aidant les apprentis cuisiniers, lorsqu’ils doivent aussi faire la vaisselle, assurer le service dans les chambres et un restaurant bondé. Les ingénieurs vont être véritablement formés et dûment payés, et les agents d’accueil n’auront pas à être partout à la fois pour satisfaire les clients et faire en sorte qu’ils restent clients de l’enseigne. Les hôteliers auront le respect qui leur est dû pour le transport des bagages et des clients à travers Stamford, quasiment juste pour des pourboires. Et au lieu d’être des travailleurs à plein temps, ayant deux à trois jobs pour pouvoir vivre, ils ont maintenant la possibilité d’avoir plus de temps libre.

Les travailleurs ont décidé de créer leur syndicat avec l’aide de UNITE HERE Local 217, la section locale du syndicat national Unite Here. Pendant qu’ils célèbrent leur victoire et se reposent avant la prochaine bataille, les propriétaires d’Atrium Hospitality, qui représentent 12 marques avec 49 hôtels établis dans 26 états, réaliseront leur mise à l’échec par force du militantisme des travailleurs Hilton !

Trad. MV




Mots-clés

Etats-Unis   /    Syndicat   /    Monde