^

Notre classe

Ré-organisation à La Poste

Gironde. Troisième semaines de grève pour les postiers !

Aucune réaction de la direction, aucune raison de céder : les postiers de Gironde poursuivent leur grève, qui continue de s’étendre sur de nouveau bureau malgré les tentatives de casser la grève de la direction.

C’est donc depuis le 12 mars dernier que la grève des postiers de toute la Gironde a débuté. Nous en avions déjà parlé c’était un début de mouvement ‘historique’ qui a lancé le mouvement, avec 600 grévistes et un énorme rassemblement devant les bureaux de la direction, bureaux devant lesquels les grévistes se réunissent toujours, chaque matin, en piquet de grève.

Pour rappel, différentes problématiques touchent les travailleurs de La Poste, c’est surtout une ré-organisation du travail que veut imposer la direction qui a lancé le mouvement, parmi celle-ci ‘’la sacoche’’ et ‘’la coupure méridienne’’ sont les principales attaques, elles devaient être mise en place sans concertation, de manière autoritaire sur tous les établissements. C’est d’une manière plus générale une étape supplémentaire dans la destruction de leur métier que dénoncent les postiers. La Poste, détruit plusieurs milliers d’emplois par an, mais altère également le cœur du métier, de nouveaux services doivent être fournie par les facteurs et cela sans formation :

‘’Vous connaissez le service ‘veillez sur mes parents’’ ? Eh bien je peux vous dire que l’on a absolument pas de formation pour faire ça, c’est un scandale, c’est dangereux’’ Nous confie un grévistes. Une autre problématique est celle de la ‘’distribution pilotée’, le courrier arrivera moins régulièrement, un jour sur deux, voir un jour sur trois pour certains usagers !

Une grève qui dure, une grève massive

Dès le lendemain de la première démonstration du 12 mars dernier, certains bureaux sont partis en grève illimitée et poursuivent aujourd’hui cette protestation. Ils sont rejoints de jour en jour par d’autres bureaux. Chaque matin les annonces sont faites ‘tel bureau nous a rejoint ils partent en illimité majoritaire’ ; ‘’Trois camarades supplémentaires entrent en grève dans tel bureau’’ …

L’auto-organisation est au centre de cette grève. Chaque matin le rendez-vous est donné pour décider de la suite, sous les fenêtres de la direction, parfois sous la pluie, les grévistes sont toujours présents. Au matin de la troisième semaine ils étaient plus de 200, sans compter les bureaux qui n’avaient pas rejoint le piquet. Sur ces piquets, c’est évidemment la reconduction de la grève qui est décidée en commun, mais aussi la mise en place d’actions, qu’il s’agisse des manifestations ou des équipes militantes qui vont, chaque matin dans les bureaux pour convaincre leurs collègues de partir en grève avec eux, une tactique qui s’avère gagnante au vu de l’actuel réussite du mouvement !

C’est aussi la question de la caisse de grève qui commence a être discutée. Evidemment, une gestion commune des différentes aides apportés devra être mise en place car différents syndicats ont apportés un soutien financier. Pour soutenir la grève des postiers, nous vous encourageons bien sur à apporter un soutien supplémentaire par le pot commun qui a été lancé !

La direction ne donne aucune réponse et tente de casser la grève

Que ce soit à la préfecture où une délégation a été reçue mardi dernier, ou à la direction de La Poste, aucune réponse n’est donnée aux revendications des grévistes, aucune proposition alternative non plus d’ailleurs. Beaucoup d’éléments de langage, qui détournent des vraies questions sont utilisés. Ils tentent également de dévier la question bureau par bureau (la direction a d’ailleurs durant la première semaine refusé de recevoir les grévistes avec ce prétexte), mais les grévistes restent soudés et maintiennent la volonté d’une solution pour toutes et tous.

Au delà de ça, la direction poursuit sont travail d’entrave à la mobilisation, avec par exemple le refus des prises de parole syndicale, comme le montre cette vidéo :

Plus grave encore, la direction a mis en place il y a quelques temps, ‘’un centre de tri parallèle’’. Une véritable tentative de casser la grève, pour éviter toute répercussion sur le flux des livraisons, ce ‘nouveau’ centre ne suffit apparemment pas, car les piles de courrier s’empilent dans certains bureaux, mais la tentative est bien réelle. De plus, ce centre de tri n’est pas aux normes et pose plusieurs problèmes : une interdiction d’accès et aucune information en terme d’organigramme (qui dirige ?), le lieu est sale, des casiers de tri sont sur des tréteaux, … Il n’y a pas de CHSCT, ni de procédure de sécurité.

L’inspection du travail a été saisie, comme souvent à La Poste, qui, une fois de plus bafoue beaucoup de règle en vigueur.

crédit image : RévolutionPermanente




Mots-clés

Grève   /    Bordeaux   /    La Poste   /    Notre classe