^

Société

« Musique nègre »

Henry De Lesquen. La haine raciale en procès

Fabien Saez Hier s'est ouvert le procès du leader du Parti National-Libéral, et candidat à l'élection présidentielle : Henry De Lesquen. Le parquet a en effet requis contre le prévenu, 6 mois de prison avec sursis et 15000 euros d'amende pour "injures publiques, provocation à la haine raciale et contestation de crimes contre l'humanité".

La défense du patron de Radio Courtoisie, invoque le respect de la liberté d’expression et dénonce "un procès politique", intenté à Lesquen par la "Licra-cra" et d’autres associations antiracistes (MRAP, SOS Racisme, Union des Étudiants Juifs de France...). Les plaintes de la partie civile s’appuient sur les propos haineux diffusés sur le compte twitter "Lesquen 2017".

L’énarque utilise effectivement ce dernier pour y afficher son dégoût pour la "musique nègre" (qu’il souhaite interdire d’antenne) car elle s’adresse aux "cerveaux reptiliens"). Compte twitter sur lequel De Lesquen parle du "racisme des Juifs", de l’"invention des fours crématoires par David", du "coefficient de blancheur des équipes de balle au pied" et s’interroge enfin sur la "longévité des rescapés de la Shoah". À ce monstrueux torrent de boue, s’ajoutent encore l’apologie de l’esclavage et du racisme ("il faut que les racistes puissent s’exprimer librement", "s’il y a des gens qui admirent Adolf Hitler ils doivent être libres de le dire"). En outre, l’ancien élu versaillais, loin de s’excuser, a durant les 8 heures d’audience, continué à exposer à l’assistance médusée, ses délires antisémites et racistes, attaquant tour à tour la partie civile et le procureur, et faisant encore une fois l’éloge du "racisme positif", cette "conscience de race".

Devant une telle avalanche, permise pas une situation politique générale marquée très à droite à la veille des présidentielles, il y a de quoi être horrifié de découvrir à quel point le racisme et la haine se sont décomplexés. Nous savions tous, à quel point les théories xénophobes, et autres délires identitaires véhiculés par l’extrême droite s’étaient banalisés, mais de là à entendre de telles horreurs...

Néanmoins, l’indécence extrême d’un Henry De Lesquen doit nous permettre justement de relever la tête contre ce flot de racisme, déversé par les médias et incarné par les politiques étatiques qui stigmatisent et discriminent avec violence les personnes racisées. C’est la réponse qui a apportée l’artiste Kery James dans son titre « Musique nègre », qui revient avec toute la force de son écriture sur les voix et les figures que nous devons porter face à Henry De Lesquen et tous ces acolytes.




Mots-clés

discrimination   /    Racisme   /    Extrême-droite   /    Société