^

Politique

800 ans de SMIC

Le nouveau château de Gattaz a coûté 11 millions d’euros

Pendant que Macron et Gattaz préparent la nouvelle loi travail XXL imposée à coup d’ordonnance, le président du Medef en profite pour investir dans un château à plus de 11 millions d’euros. Quand le patron des patrons assure sa retraite d’une main pendant qu’il détruit les conditions de travail de millions de personnes de l’autre.

Pierre Gattaz est bien connu pour ses bons et loyaux service au patronat à la tête du Medef. Il est aussi issu d’une des familles françaises les plus riches du pays avec plus de 300 millions d’euros capitalisés, notamment grâce à l’entreprise familiale, Radiall, fondée par son père, qui emploie 3000 salariés. En pleine négociation sur les ordonnances Macron, on apprend que le président du syndicat des patrons a signé une promesse d’achat sur le château de Sannes, un domaine d’une valeur de 11 millions d’euros. À quelques mois de la retraite, Pierre Gattaz assure ses arrières pendant qu’il agit main dans la main avec le gouvernement pour faire passer de force la nouvelle loi travail destinée à détruire le code du travail.

Le domaine situé dans le Luberon impressionne en raison de ses « 2.120 m2 habitables, abritant, notamment, six suites et une piscine chauffée », selon les révélations du Canard enchaîné. Mais ce n’est pas tout. Une seconde piscine en extérieur et 73 ha de terres dont 35 ha de vignes AOC viennent compléter le tableau. Pas étonnant que le domaine ait été convoité par Steeve Jobs il y a quelques années. Originellement, le château était une résidence de chasse, dont les jardins ont été pensés par André Le Nôtre et qui appartenait à Lady Hamlin, une riche anglaise de la « haute société ».

Si ces 11 millions peuvent paraître dérisoire pour le président du Medef, ils représentent 797 années de SMIC net

Habille spéculateur, Gattaz aura attendu un peu que le prix du château et de son domaine baissent. Il conclut une bonne affaire à 11 millions d’euros soit trois fois moins cher qu’il n’y a quelques années. Mais, c’est tout sauf une retraite dorée que veut s’offrir le patron des patrons. « Il s’agit d’un projet entrepreneurial » dans lequel Gattaz investi et « il compte bien ne pas y perdre d’argent », comme le confirme une source du journal satirique. Les Gattaz veulent s’offrir une cave particulière et produire leur propre vin tandis que Pierre Gattaz se lance dans la production d’amendes et d’huile d’olives bio qu’il médiatisera par « des manifestations culturelles internationales dans la partie château ».

Alors que des millions de travailleurs voient leurs conditions de travail être attaquées de plein fouet par le gouvernement Macron et sa loi travail XXL, le patron du Medef, principal soutient aux ordonnances destinées à casser le code du travail, s’offre tranquillement un château et un vignoble pour sa retraite.

Crédits : Christie’s International Real Estate




Mots-clés

Pierre Gattaz   /    Medef   /    Patrons-voyous   /    Politique