^

Notre classe

L'esclavage c'est fini ?

Les agents du nettoyage souffrent du froid, ONET les méprise !

Oumou, Fernande, Moussa et leurs collègues, agents du nettoyage, travaillent dans les gares SNCF toute la semaine dans les gares SNCF. Un travail en exterieur, très physique,qui les expose aux aléas météorologiques. En plein mois de février, et alors qu’une nouvelle vague de froid s’annonce, l'entreprise ONET, sous-traitant du nettoyage, préfère faire des économies sur le dos des salariés en les laissant accomplir leurs tâches sans les protections et le matériel nécessaires plutôt que de les équiper correctement.

Crédit Photo : Union syndicale Solidaires

Les agents du nettoyage des gares SNCF de Paris Nord viennent tout juste de sortir d’une grève de 45 jours. Une grève victorieuse remportée contre la société H.Reinier Onet qui a repris le marché en novembre dernier. A peine arrivée, Onet avait notamment décidé d’ajouter une "clause mobilité" aux contrats des agents, ce qui a immédiatement suscité leur colère. Ils sont entrés en grève pour faire respecter leurs droits. Alors qu’ils ont obtenu gain de cause sur l’ensemble de leurs revendications, Onet a décidé de ne pas respecter le protocole d’accord : problèmes sur les fiches de paie, non remplacement des agents qui partent en vacances, non reprise des CDD malgré les engagements pris, manque de matériel pour nettoyer les gares correctement...

Sur ce dernier point, Onet n’a par exemple toujours pas remplacé le matériel de nettoyage qu’utilisaient déjà les agents lorsqu’ils étaient employés par la société SMP : ils nettoient donc actuellement les gares avec des balais qui datent parfois de plusieurs années... Par ailleurs, les agents racontent qu’ils souffrent du froid depuis quelques semaines. Chargés de nettoyer les quais, ramasser les déchets, changer les poubelles, etc. les salariés ont normalement à leur disposition des gants qui les protègent du froid en hiver : des gants en caoutchouc doublés de cuir. Mais avec Onet, les salariés continuent de nettoyer avec de simples gants en latex : avec le froid et l’eau, leurs mains ne sont donc pas protégées.

Alors même que ces agents sont celles et ceux qui assurent tous les jours la propreté des gares pour les agents de la SNCF et les usagers, leurs conditions de travail déjà difficiles et exténuantes deviennent à peine supportables. Une situation que les agents dénoncent, et ne comptent pas subir en silence. Ils ont demandé un rendez vous avec la direction pour exiger le respect du protocole, et viendront avec les gants avec lesquels ils sont contraints de travailler dans le froid : est-ce que le directeur d’Onet ou Guillaume Pepy travailleraient dans ces conditions, avec ce salaire, plusieurs heures durant ? Certainement pas. Les agents du nettoyage des gares SNCF aussi pensent mériter des conditions de travail dignes.




Mots-clés

Onet   /    Précarité   /    SNCF   /    Notre classe