^

Politique

Assisté !

Les aventures de François Filou : entre emplois fictifs, costumes de luxe et maintenant… resto baskets !

En pleine campagne, le candidat Fillon fait encore des siennes : le magazine Closer révèle aujourd'hui qu’à l’occasion d’un déjeuner avec des journalistes de la presse régionale, le candidat n’a même pas invité ses convives comme c’est l’usage.

Après les scandales des emplois fictifs, le candidat aux présidentielles du parti Les Républicains, François Fillon, s’est retrouvé dans une nouvelle « affaire ». Cette fois ci, il a utilisé toute la ruse apprise au long de sa carrière politique. Croyez-vous que quelqu’un qui habite dans un château et se fait « offrir » des costumes à 48.500€ est malgré tout dans une situation économique qui l’empêche de payer un menu resto à 46€ ? Les journalistes invités par le candidat lui-même, ont compris pour quoi le premier candidat de l’histoire à avoir été mis en examen lors des élections présidentielles a fait une déclaration dérisoire aux impôts…

Le mardi 21 mars François Fillon a invité un groupe de huit journalistes de la presse régionale au restaurant renommé pour sa cuisine du terroir « D’chez eux » qui, depuis plus de 50 ans, est situé à quelques pas du 7em arrondissement de Paris, comme le révèle Closer. Inviter reste quand même une appellation hypothétique, parce qu’au moment de payer l’addition, l’attachée de presse, madame Caroline Motard, s’est levée pour annoncer aux convives « chacun paye sa part », et ensuite madame Motard et notre « cher » François Filou ont pris carrément la fuite. L’addition n’a pas été réglée, laissant l’honneur du règlement aux « invités » qui ont dû partager entre tous le prix des deux repas qui s’élevait à 46€ chacun !

Encore une aventure du candidat Filou. Cette fois-ci au moins, il ne sera pas mis en examen, car l’addition a été réglée par les journalistes. Dommage… car le délit de filouterie est puni par la loi et passible de 6 mois de prison et 7500€ d’amende. Attention François, tu est dans le collimateur !




Mots-clés

emplois fictifs   /    Fillon   /    Présidentielles 2017   /    Politique