^

Société

Laïcité à deux vitesses

Les crèches et le petit-Jésus, une obsession bien lepéniste

On connaissait la déclaration fracassante de la candidate du F-Haine sur les crèches de Noël lors du débat à 11. Elle a été remise sur le tapis, dans cette bonne ville d’Hénin-Beaumont, par l’adjoint de Steeve Briois.

Au Conseil municipale, à Hénin, depuis que Briois est pris par la campagne de sa cheffe et a été nommé à la tête de FN à la suite de la démission de Jean-François, éphémère président contraint de faire un pas de côté en raison de ses déclarations négationnistes et pétainistes, c’est Bruno Bilde, son adjoint, qui fait la pluie et le beau temps.

C’est donc sur le terrain apparemment moins clivant des crèches de Noël, que Bilde est monté au front, il y a une quinzaine de jours. Le Canard Enchaîné, dans son édition de mercredi, rapporte l’échange, à la fois assez cocasse et glaçant entre Bilde et David Noël, élu communiste.

Bilde n’en démord pas et s’y prend à l’avance : pour décembre prochain et les fêtes de fin d’année il veut, coûte que coûte, une crèche pour la ville. Lorsque l’opposition lui rappelle que cela reviendrait à enfreindre un arrêté du Conseil d’Etat sur la laïcité qui, comme on le sait, est à deux vitesses pour le FN, Bilde rétorque que les élus non-FN n’auront qu’à se tourner vers le « tribunal administratif, le Conseil d’Etat, la Cour Européenne des Droits de l’Homme » et même un inexistant « Tribunal International de New York » (Bilde confondant surement la TPI de La Haye et les Nations Unies), mais qu’il y aura « toujours une crèche » à Hénin-Beaumont.

Désemparée, l’opposition lui fait remarquer que cette « tradition » n’en est pas une, car il n’y a jamais eu de « crèche de Noël » à Hénin-Beaumont. « On s’en fout, répond Bilde, qui reste sur sa lancée. Il y aura toujours une crèche de Noël ici ». Les us et coutumes réinventés, la France éternelle fantasmée, les petit-Jésus dans son lit douillet de paille, l’imagination du FN n’a pas de limites.

La tradition, en effet, est tout autre. C’est en 1223 qu’à Greccio, en Italie centrale, Saint-François, plutôt en délicatesse avec la hiérarchie ecclésiastique pour sa pastorale qu’il voulait au plus près des petites gens et des paysans pauvres de la région de Rieti, a l’idée d’organiser une représentation de la Nativité. Mais point de santons ni de statues. Ce sont les paysans du coin qui jouent eux-mêmes la scène, ce qui n’alla pas sans susciter la colère des autorités ecclésiastiques de l’époque qui trouvaient absolument scandaleux que des pauvres parmi les pauvres puissent prendre la place de saints. Ce n’est que bien plus tard que les crèches telles qu’on les connaît, se diffuseront dans en Europe. Quitte à faire une entorse à la loi et à suivre une tradition, Bilde pourrait reprendre celle de Saint-François. Auquel cas, on pourrait lui suggérait de jouer le rôle de l’âne près de la mangeoire.




Mots-clés

Eglise   /    FN   /    Société