^

Monde

Un gouvernement réactionnaire

Malgré les 1000 noyés en Méditerranée, l’Italie séquestre deux bateaux de sauvetage

Le gouvernement italien continue sur sa lancée réactionnaire de répression des migrants. Le ministre des transports, membre du Mouvement 5 Étoiles, a annoncé que deux navires d'ONG de sauvetage des migrants seraient mis sous séquestre dans des ports italiens, au motif de « vérifier leur pavillon d'appartenance ». Cette décision intervient alors qu'après plusieurs catastrophes récentes, le nombre de migrants morts en Méditerranée cette année s'élève à plus de 1.000 personnes.

Crédit photo : Taha Jawashi / AFP

Jeudi 21 juin, l’Italie a annoncé qu’elle placerait sous séquestre deux navires d’une ONG allemande, Lifeline. L’un de ces deux navires circule actuellement en Méditerranée avec plus de 200 personnes à bord, secourues au large des côtes libyennes. Le prétexte à ce nouveau durcissement de la politique migratoire italienne ? Selon Danilo Toninelli, ministre italien des transports et membre du Mouvement 5 Étoiles (M5S), ce serait pour « vérifier leur pavillon d’appartenance ». Selon lui, l’ONG a manqué au droit international en secourant les migrants alors que les gardes-côtes de Libye étaient déjà en train d’intervenir et de plus, les bateaux navigueraient illégalement sous pavillon néerlandais.

Cette nouvelle vague de répression contre les migrants intervient alors que l’on apprend que plus de 1.000 migrants sont morts noyés en Méditerranée depuis janvier. Selon le Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR), ce nombre a été franchi lorsque le 19 et le 20 juin, quand trois noyades de masse différentes ont conduit 200 migrants à la mort. Le 19 juin, c’est un bateau en bois qui a chaviré au large des côtes libyennes. Sur une centaine de passagers, seuls cinq ont survécu. Le même jour, un canot pneumatique transportant 130 personnes a coulé, faisant 70 morts noyés. Le 20 juin, ce sont plus de 50 personnes qui périssaient, toujours au large des côtes libyennes.

En Italie, la coalition de la Ligue du Nord et du Mouvement 5 Étoiles, au pouvoir depuis mai 2018, n’en est pas à son premier coup pour ce qui est des attaques contre les migrants. Au début du mois de juin, le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini appelait les migrants à « faire leurs valises ». Quelques jours plus tard, l’Italie rejetait le navire humanitaire Aquarius et les 600 réfugiés à son bord. Enfin, plus récemment, le même ministre de l’Intérieur appelait à un recensement précis des Rroms d’Italie, avec la volonté d’expulser tous ceux en situation irrégulière, ajoutant même : « les Rroms italiens, malheureusement, tu dois te les garder à la maison ».

Si l’agenda réactionnaire, raciste et nationaliste de l’Italie est clairement affiché par ce gouvernement d’extrême-droite, les 1.000 morts en Méditerranée ne sont pas seulement le fait de l’Italie. Ces désastres sont le fruit des politiques des pays impérialistes d’Europe et des États-Unis, qui sèment guerre et pauvreté dans les pays qu’ils considèrent comme leur chasse gardée. Par ailleurs, la France n’est pas en reste en ce qui concerne les prises de positions ultra-réactionnaires dans ce domaine, et ce malgré les déclarations de Macron qui cherche à se faire passer pour un grand humaniste pendant que son propre ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, met en place la Loi asile et immigration.




Mots-clés

Union Europénne   /    Italie   /    Extrême-droite   /    Réfugiés   /    Immigration   /    Monde