^

Notre classe

70% de grévistes en région PACA

Marseille : une manifestation de solidarité aux cheminot.e.s s’élance vers la Commission Européenne

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées aujourd’hui à la gare St-Charles à Marseille en solidarité avec les cheminot.e.s en grève. L’ampleur du rassemblement a permis de partir en manifestation jusqu’aux locaux de la Commission Européenne.

La grève est massive dans la région PACA contre la menace de destruction du service public ferroviaire. Le taux de grévistes avoisine les 70 %, tous métiers et tous collèges confondus. Même les cadres, exaspérés par la casse de la SNCF, participent à la mobilisation avec un taux de grévistes autour de 50 %. Hier, mardi 3 avril, seuls 3 % des TER ont circulé dans la région PACA. Le niveau de colère qui gronde à la SNCF se mesure au fait que même des chefs se mettent grève. Les assemblées générales ont rassemblé près de 400 personnes à Marseille, 150 à Avignon, près de 350 à Nice, 150 à Miramas, 100 à Toulon, 30 aux Arcs, une centaine dans les Alpes. Au total, ce sont près de 1 500 cheminots qui ont participé aux Assemblées générales en PACA.

Aujourd’hui, mercredi 4 avril, un rassemblement de soutien était appelé par l’Union Départementale de la CGT à 11 h 30 à l’intérieur de la gare St-Charles. L’affluence était massive, avec les collègues de SUD et de FO mais aussi d’organisations politiques, NPA, LO, PCF, FI, Génération.s, JC d’étudiants mobilisés dans leur université et au-delà d’usagers de la SNCF révoltés par les menaces de fermeture de lignes.

Après une prise de parole des cheminots et du secrétaire général de l’Union Départementale CGT, Olivier Mateu, le rassemblement s’est transformé en manifestation descendant de la gare St-Charles jusqu’à l’immeuble du World Trade Center qui héberge la représentation locale de l’Union Européenne. Le cortège était festif, déterminé et rencontrait la bienveillance des passants. Les couloirs menant aux bureaux de la Commission Européenne ont été occupé pour lutter contre l’ouverture à la concurrence du rail, prélude à une volonté de privatisation du service public ferroviaire.

La détermination des cheminots provençaux est entière. La grève continue et deux rendez-vous de manifestations à partir du Vieux-Port sont déjà décidés : le samedi 14 avril à 14 h pour rassembler tous les usagers qui ne peuvent pas se mettre en grève les jours de semaine mais qui tiennent à exprimer leur soutien aux justes revendications des cheminots et le jeudi 19 avril à 10 h 30, journée nationale de mobilisation inter-professionnelle.

La convergence entre les cheminots et les autres secteurs mobilisés notamment à l’Université est en train de se faire à Marseille. Après la première journée de mobilisation réussie, la bataille du fer est désormais engagée et nous devons tout faire pour que ce gouvernement de fossoyeurs de tous les services publics retire l’ensemble de ses néfastes projets, dans le secteur ferroviaire, dans les lycées, dans les Universités, dans les EHPAD et dans les hôpitaux.




Mots-clés

Bataille du rail   /    SUD-Rail   /    Grève   /    Marseille   /    CGT   /    SNCF   /    Notre classe