^

Politique

De l'argent il y en a pour les flics et l'armée...

Pénicaud sur la cagnotte de Christophe Dettinger : « On ne peut pas donner d’argent à la violence »

Mardi 8 janvier, la ministre du travail a déclaré sur le plateau de Cnews qu'elle ne comprenait pas comment des gens pouvaient faire des dons à la cagnotte du boxeur Christophe Dettinger car pour elle, « on ne peut pas donner d'argent à la violence ».

Crédit photo : Sipa

Dans une vidéo sortie tout récemment sur la page facebook de Cnews, la ministre du travail, Muriel Pénicaud a déclaré au cours d’une interview autour du « boxeur » gilet jaunes, Christophe Dettinger, qu’elle ne comprenait et ne cautionnait absolument pas l’initiative de la cagnotte pour Dettinger. Selon, elle « on ne peut pas donner d’argent à la violence ». Elle surenchérit même en poursuivant « ces gens là ils ne peuvent pas être parent, comment ils peuvent dire aux jeunes que le modèle c’est la violence, il faut donner de l’argent pour la violence ». Elle déplore également le fait que « personne ne soutient le policier qui a été attaqué ».

Une déclaration d’une mauvaise foi sans bornes, quand on sait et qu’on voit toutes les violences que les policiers exercent sur les gilets jaunes et les manifestants. Où était Muriel Pénicaud quand le commandant de police de Toulon frappait au visage un jeune et plusieurs manifestants ? Pourquoi n’apporte-t-elle pas son soutien aux centaines de personnes mutilées par des tirs de flashball ? Muriel Pénicaud vient-elle se scandaliser de la violence quand celle-ci est policière ou judiciaire ?
De plus, l’argument de Pénicaud est un peu tiré par les cheveux, car la cagnotte pour Dettinger a été organisée principalement pour payer ses frais d’avocats à la suite de son interpellation.

Ensuite, quand elle dit se révolter sur le « financement » de la violence, elle fait preuve d’une hypocrisie incroyable quand on voit toutes les ressources qu’a mis le gouvernement dans l’arsenal répressif. Elle en rajoute d’ailleurs encore en disant qu’en tant que « républicaine » elle ne peut pas accepter cela. Cependant, Mme Pénicaud semble oublier un détail important, à savoir que la France est le troisième exportateur d’armes dans le monde. Pas très non-violent, de la part de la République et de ses dirigeants...

Ainsi, la classe dominante et ses représentants, que ce soient les élites au sommet de l’État ou certains médias qui servent leurs intérêts, joueront toujours aux aveugles sur la question de la violence d’État, et seront les premiers à se dire « choqués » à la moindre riposte physique de la population. Et, même s’ils continuent d’alimenter des guerres partout dans le monde et d’exporter des armes à tour de bras, ils continueront à pointer du doigt le pavé lancé par un manifestant. Ne nous laissons plus avoir face à leurs manipulations et leur mauvaise foi, la violence la plus grande, elle n’est pas dans les poings de Christophe Dettinger, mais du coté de nos dirigeants qui ont eux, le sang des manifestants et des millions de morts dû aux guerres impérialistes sur les mains.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Armée française   /    Muriel Penicaud   /    Impérialisme   /    Manifestation   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique