Notre classe

Rendez-vous le 22 septembre au TGI de Paris

Répression et 49.3. Soutien aux inculpés du 5 juillet

Publié le 19 septembre 2016

Ce jeudi 22 septembre s’ouvre le procès de cinq manifestants arrêtés lors du rassemblement qui s’est tenu le 5 juillet dernier devant l’assemblée nationale, en réaction à l’utilisation du 49.3 permettant au gouvernement de passer en force cette loi que des millions de personnes rejettent.

Lili. B

Ce rassemblement a été marqué, comme l’ensemble des manifestations tenues à l’encontre de la loi travail, par un dispositif policier et par une forte répression. Bon nombre de manifestant.e.s ont été nassé.e.s pendant plus de 5 heures, certain.e.s ont été blessé.e.s par les forces de l’ordre, et 7 ont été placé.e.s en garde à vue. Six d’entre eux passent en procès au tribunal de grande instance de Paris, dont cinq jeudi matin, les chefs d’accusations retenus étant les suivants : « résistance avec violence, rébellion... ». Autrement dit pour le gouvernement, le 49.3 à l’Assemblée et les violences policières dans la rue ne sont que les deux facettes d’une même pièce, qui n’a de « démocratique » que le nom.

Parmi eux, un ancien étudiant de Paris 7, Valentin, qui après une arrestation non sans violence de la part des CRS, a été envoyé au commissariat et placé en garde à vue pour 48 heures. S’ensuivit un transfert au Tribunal de grande instance. Il a au total été privé de liberté durant 68 heures ! Le chef d’accusation finalement retenu est « rébellion ». Il risque au maximum une peine d’emprisonnement d’un an, 15000 euros d’amende et 1000 euros de dommages pour préjudice moral pour le CRS plaignant. En cette rentrée, la répression qu’il subit a été l’une des discussions à l’ordre du jour pour les étudiant.e.s de Paris 7, toujours mobilisé.e.s contre la loi Travail et son monde. Un appel à rassemblement a donc été lancé, soutenu par l’Assemblée Générale Interfacs qui s’est réunie suite à la manifestation du 15 septembre.

Afin de soutenir Valentin et les cinq autres inculpés, un appel à rassemblement a été lancé. Les audiences commençant à 9 heures, le rassemblement a été fixé à 8h devant le TGI de Paris, afin que celles et ceux qui souhaitent assister à l’audience puissent le faire. Soyons nombreux.ses à être présent.e.s ce jeudi, afin de soutenir nos camarades de lutte et d’exiger leur relaxe, pour que toute criminalisation de la contestation sociale cesse !

Rendez-vous donc toutes et tous jeudi à 8h devant le TGI !