^

Monde

Bombardements et armes chimiques

Syrie. Les forces du régime avancent sur la Ghouta malgré la trêve

Malgré les demandes des pays occidentaux à respecter la trêve mise en place par la Russie, Bachar Al-Assad continue de bombarder la Ghouta.

La semaine dernière l’ONU avait voté un cessez-le-feu afin d’apporter une aide humanitaire aux civils. Mais, via l’OSDH (Observatoire syrien des droits de l’Homme), on apprend que Bachar Al-Assad continue son attaque, au détriment de la population civile. En effet, lundi dernier, l’ONU a envoyé un convoi humanitaire (médicaments, nourritures…) vers la Ghouta Orientale. C’est le premier à avoir pu pénétrer dans Douma, ville situé dans le secteur rebelle, depuis le début de l’offensive de l’armée syrienne le 18 février. Le but du convoi était d’aider environ 30.000 des quelques 400.000 habitants de l’enclave, qui subissent des pénuries de nourriture et de médicaments et vivent terrés dans les sous-sols par crainte des bombes.

Lundi soir, Rami Abdel Rahmane, directeur de l’OSDH a annoncé « Dix-huit cas de suffocation et de difficultés respiratoires ont été recensés à Hammouriyé après le lancement d’une roquette par un avion militaire sur cette localité ». Cette information laisse supposer que Bachar Al-Assad utiliserai des armes chimiques, comme il l’a fait en 2013 dans cette même zone.

L’OSDH rapporte aussi que depuis le début du conflit, 739 civils syriens ont perdus la vie dont 171 enfants et 104 femmes. Ces deux semaines de bombardements ont blessés plus de 3740 personnes, dont des centaines d’enfants, avec des sévérités variables. La plupart des corps se trouvent toujours dans les décombres de la ville, détruite par les bombardements aériens, les tirs de roquettes et d’artilleries de la part de l’armée syrienne.

Mais cette violence extrême a permis au régime Syrien d’imposer son autorité sur plus de 35% de la superficie totale de la Ghouta orientale de Damas. L’armée syrienne contrôle désormais l’est et le sud-est de l’enclave ainsi que de nombreuses villes. Le Sud est une zone majoritairement agricole, ce qui explique l’avancée rapide des troupes de Bachar Al-Assad.

Les pays occidentaux ont protesté vis-à-vis du non-respect de la trêve. Selon la présidence française, Emmanuel Macron a appelé Vladimir Poutine afin qu’il pousse le régime syrien à appliquer cette trêve. Les États-Unis n’ont encore rien fait, mais le pays pourrait agir spontanément comme lorsqu’ils ont bombardé un aéroport militaire syrien en juin 2017.

Le fait que Bachar Al-Assad ignore la trêve montre qu’il est prêt à massacrer la population entière du Ghouta que ça soit via les bombes, la famine voir même avec des armes chimiques. Bachar et ses alliés sont déterminés et n’ont pas l’intention d’arrêter tant que la totalité de la Syrie n’est pas sous le contrôle du régime Syrien. Et ce ne seront pas les puissances Occidentales qui permettront aux civils syriens de la Ghouta de s’en sortir, mais bien le soutient des travailleurs, de la jeunesse et des classes populaires dans le pays qui pourront forcer l’armée syrienne à arrêter ce massacre.

Photo : Flickr | Euronews.




Mots-clés

Bachar Al-Assad   /    Vos guerres, ’no more’ !   /    Syrie   /    Monde