Politique

#manif5juillet : une forte mobilisation en Midi-Pyrénées

Toulouse : plusieurs milliers de personnes battent le pavé pour la 17ème manifestation contre la loi travail

Publié le 5 juillet 2016

17éme mobilisation contre la loi travail ce mardi 5 juillet 2016. Alors que les mois d’été et les vacances commencent, la mobilisation, elle, perdure et s’inscrit dans la durée. La manifestation de Toulouse est la preuve que rien n’entamera la détermination des manifestants à lutter contre la loi travail, son monde et le 49.3.

Correspondant

Selon la CGT, nous étions 10 000 à battre le pavé à Toulouse entre François Verdier et la place Arnaud Bernard. Sur les boulevards qui passent par Jean Jaurès, c’était sans conteste le cortège de la CGT qui menait la manifestation. Avec quatre camions à ses couleurs, la centrale syndicale a su mobiliser largement en convoquant tous les secteurs où elle est implantée, de l’industrie à la santéen passant par la fonction publique. La diversité des entreprises représentées était impressionnante. On pouvait également compter sur la présence des sections des départements alentours : toutes les Unions départementales des Midi-Pyrénées ont répondu présentes à l’appel.

Dans la suite du cortège, les autres syndicats ont eux aussi poursuivit leur mobilisation. FO, Solidaires, FSU, SNUipp, SNES, CNT, UNEf, FIDL, UET, JC, DAL se partageaient la fin du cortège avec la CIP toujours présente. Les partis politiques étaient aussi présents et mobilisés : NPA, LO, Ensemble, FDG, PG, PCF assuraient une présence par leur drapeau, banderoles et tracts.

L’ambiance de la manifestation était très festive et musicale. Les nombreuses sonos montées sur les camions diffusaient des chansons entraînantes contre la loi travail. En outre, pétards, fumigènes et sirènes au climat de détermination qui se dégageaient. « Ni amendable, ni négociable », « Censurons ce gouvernement à la botte du capital », « On lâche rien », voilà ce qu’on pouvait entendre dans les haut-parleurs de la CGT. Le 49.3 que le gouvernement brandit encore étaient aux centres de toutes les discussions et de toutes les critiques.

La manifestation a parcouru en deux heures son trajet jusqu’à la place Arnaud Bernard sans provocation policière malgré un dispositif répressif impressionnant positionné tout au long du parcours. En définitive, on retiendra une manifestation conséquente à Toulouse pour un début de vacances qui laisse entrevoir des perspectives de mobilisation pour l’été et une reprise éventuelle à la rentrée.