^

Monde

Tensions

Trump envoie un sous-marin vers la péninsule coréenne

Un sous-marin américain à propulsion nucléaire, l’USS Michigan, est arrivé ce mardi au port sud-coréen de Busan. La Corée du Nord a répondu par des simulations militaires.

Washington ajoute ainsi un actif militaire aux autres manœuvres prévues dans la région, l’USS Carl Vinson, porte-avions nucléaire de classe Nimitz .

L’envoi du Carl Vinson vers la péninsule de la part des États-Unis est la réponse au lancement d’un missile nord-coréen le 5 avril dernier, et ferait partie de la stratégie de pression adoptée par la Maison-Blanche depuis l’arrivée de Donald Trump, visant officiellement à pousser le gouvernement nord-coréen à abandonner son programme d’armement nucléaire.

La Corée du Nord réplique, en célébrant, ce mardi, l’anniversaire de son armée au travers d’un entraînement militaire ; au même moment qu’arrivait en Corée du Sud un sous-marin nucléaire américain. Deux actions parallèles qui exacerbent encore les tensions dans la région.

Coïncidant avec le 85eme anniversaire de la fondation de l’Armée Populaire de Corée, Pyongyang réalisait une simulation militaire à balles réelles, près de Wonsal (côté orientale), où entre 300 et 400 armes de longue portée ont effectué des tirs.

Selon un communiqué provenant du cabinet présidentiel sud-coréen, ce déploiement de l’artillerie nord-coréenne a contraint la Corée du Sud à convoquer à Séoul, une réunion d’urgence du Conseil de Sécurité Nationale, à laquelle ont participé les chefs de l’État Major et le directeur national de sécurité et ex-ministre de la défense, Kim Kwan-jin, pour analyser cet exercice armé.

La Corée du Sud a annoncé, lundi, le déploiement d’un nouveau radar pour mieux riposter face aux positions nord-coréennes, ce qui toutefois n’éviterait pas d’importants dégâts matériels et humains s’il se produisait un affrontement entre les deux pays.

D’après les informations de la télévision officielle chinoise CCTV, ce lundi, le président Xi Jinping, a demandé à son homologue Américain, Donald Trump, « de se contenir » au vu des défiances que se font les États-Unis et la Corée du Nord.

Pour leur part, les représentants du Japon, de la Corée du Sud et des États-Unis ont demandé à la Chine, au cours d’une réunion qui se tenait à Tokyo, d’intensifier sa pression sur la Corée du Nord, visant à freiner ses programmes d’armement.

« Si les ennemis osent choisir l’option de l’affrontement militaire, et ce, en dépit de nos avertissements répétés, nos forces armées supprimeront leurs attaques de la face de la planète avec de puissantes frappes nucléaires préventives  », a affirmé le ministre des Armées nord-coréen, Pak Yong-sik, ce mardi.

Alors que la Chine continuait à insister sur l’importance de l’apaisement des relations entre la Corée du Nord et les États-Unis, ce nouvel envoi de la part de la flotte américaine va plutôt à contre-courant de la volonté chinoise. Le porte-parole de la Chancellerie chinoise, Lu Kang, a souligné la semaine dernière que la situation en Corée est « très sensible  », c’est pour cela que les parties impliquées doivent éviter de « jeter de l’huile sur le feu ». Il ajoute « qu’on ne veut pas assister à un conflit[...] [car] une fois que la guerre est déclarée, se perd tout espoir de contrôle. »




Mots-clés

Corée du Nord   /    Corée du Sud   /    Etats-Unis   /    Chine   /    Monde