^

Notre classe

Solidarité avec Jeff !

Un cheminot menacé de licenciement pour avoir allumé une torche

Menacé de licenciement pour avoir tenu une torche... Mise à mal par la combativité cheminote exprimée tout le printemps et qui devrait continuer cet été, pour reprendre en force à la rentrée, la SNCF part à la chasse aux sorcières contre les syndicalistes.

Face à la mobilisation historique des cheminots qui ont fait grève pendant plus de 35 jours, Macron n’a pas pu les écraser tel qu’il l’avait prévu. Ainsi, la situation a des airs de première mi-temps, où si le gouvernement a remporté une bataille en faisant passer le Pacte ferroviaire, il n’a pas gagné la guerre comme en témoigne la volonté de nombreux cheminots de continuer la bagarre pendant l’été et à la rentrée. La direction de la SNCF est bien décidée à faire payer le prix de leur mobilisation aux cheminots et engage, dans tout le pays, un certain nombre de procédures de répression syndicale pour faire des exemples.

Le Languedoc-Roussillon est une des régions qui a affiché les plus hauts taux de grévistes à la SNCF, et ce sur la durée. Jeff, un cheminot nîmois est d’ailleurs menacé de licenciement pour avoir tenu une torche sur les quais de la gare alors qu’un TER était à quai et n’est pas reparti... Ce qui a permis à la direction d’accuser le cheminot « d’entrave ». Pas un hasard non plus si Jeff est militant syndical CGT et élu au CHSCT. La direction, et plus largement à travers elle, le gouvernement veut faire comprendre que tout travailleur qui refuserait de courber l’échine et se battrait contre la violence patronale serait susceptible d’être sanctionné. Or, cette violence patronale s’est exprimée dans toute sa brutalité puisque Jeff, qui passait en conseil de discipline ce mercredi 18 juillet à Lyon, risque, en plus d’une menace de licenciement, près de 50.000 euros d’amende réclamés par la SNCF pour dégradation ! Plus de 100 cheminots nîmois mais également de Saint-Étienne et Lyon étaient réunis pour soutenir leur camarade, bien gardés par la police qui avait déployé des effectifs conséquents. Au terme du conseil de discipline, c’est la radiation pure et simple qui est proposée. La décision reviendra à un CE extraordinaire qui se tiendra à Paris le 27 juillet prochain. Les syndicats CGT de Nîmes et Montpellier appellent les cheminots d’Occitanie à se mettre en grève pour se rendre au rassemblement qui aura lieu près de Gare du Nord.

Bien que le Pacte ferroviaire libéralise fortement le secteur ferroviaire et diminue largement les protections des salariés, la direction de la SNCF ne perd pas de temps et compte bien supprimer un maximum de postes dès maintenant, à Saintes, à Toulouse, au guichet, chez les contrôleurs, au mépris de l’accueil des usagers et de leur sécurité. La barbarie du patronat, commandée par la recherche permanente de profit, est cela même que l’on appelle « violence légitime » qu’elle soit patronale, policière ou politique (quoique cela est tendance à se mélanger comme l’a prouvé ce proche d’Emmanuel Macron, tabassant des manifestants le 1er mai ). La violence de la répression syndicale est passée sous silence médiatique, qu’elle émane du ministère du Travail, de la direction de la SNCF ou de la police, qu’elle s’acharne contre Jeff, contre Gaël Quirante et les postiers des Hauts de Seine, contre Edouard Postal, cheminot parisien qui s’est suicidé en 2017, harcelé par sa direction ou, au travers de la Loi Travail XXL et les autres lois anti-sociales de ce gouvernement, contre tous les travailleurs dans ce pays qui voient leurs conditions de vie et de travail se dégrader, au profit d’une petite minorité qui nous exploite et nous opprime toujours plus. Cette violence est un droit reconnu à la classe dominante de jouer avec la vie des gens, de réprimer durement, que ce soit pour une torche, une chemise ou tout simplement, pour avoir levé la tête et le poing !

À Jeff, à tous les militants réprimés, que ce soit en France ou dans le monde entier, à tous ceux et celles qui luttent à leurs côtés pour la justice sociale, pour un monde meilleur, nous apportons tout notre soutien, camarades !

Signez la pétition pour Jeff : lien.
Le rassemblement national de soutien aura lieu le vendredi 27 juillet à 8h30 à Paris, à Gare du Nord.




Mots-clés

Cheminot-e-s   /    Répression   /    Notre classe