^

Jeunesse

L’imagination au pouvoir !

Université de Lille : diplôme d’« agitateurs professionnels », boycott de partiel et poursuite des AGs

Mardi 17 avril, devant les locaux de la faculté de droit et de santé de Lille 2, plusieurs centaines d’étudiants et de personnels mobilisés se sont réunis pour assister et participer à une cérémonie de remise des diplômes « d’agitateurs professionnels ». Une démarche qui fait des émules à Lille. Un beau pied de nez humoristique à Macron !

Ils étaient plusieurs centaines à être venus assister à la cérémonie de remise de diplôme d’agitateurs professionnels, organisée devant le bâtiment occupé de Lille 2. Comme un clin d’œil à la volonté d’Emmanuel Macron de « réparer les liens entre l’Eglise et l’Etat », phrase prononcée lors de la conférence des évêques le 9 avril dernier, « PAP ‘40 » et le « cardinal triple A » faisaient office de maîtres de cérémonies.

« Au nom du pèz, du fric et du saint crédit »

La cérémonie s’est ouverte par prière de remerciement aux forces policières, « qui veillent avec tant de bienveillance et de douceur sur notre quotidien », aux services de renseignement généraux qui « nous éloignent de nos mauvaises pensées ». Une manière de rappeler que les étudiants mobilisés de Lille, tout comme ceux de Montpellier, de Nantes, de Strasbourg, ont subi à plusieurs reprises l’entrée des forces de police dans leur université pour les en déloger.

« Les agitateurs professionnels »

Décidément les métaphores de Macron font des émules. Tout particulièrement à l’université de Lille 2 où les étudiants mobilisés se sont emparés de cette étiquette « d’agitateurs professionnels » pour la revendiquer, dans des vidéos, dans des portraits « de professionnels du désordre », et hier avec cette cérémonie de remise des diplômes (mais pas en chocolat).

Les étudiants boycottent les partiels, les profs également dans la bataille

A Lille, il n’y a pas seulement des milliers d’étudiants qui participent aux Assemblées Générales (la prochaine est organisée demain 19 avril) mais également des enseignants et des personnels, organisés contre la sélection dans un « collectif d’enseignant-e-s pour une égalité d’accès à l’université ».

Les UFRs de Sociologie (Site Pont de Bois et Cité scientifique), de Sciences Politiques, d’Espagnol, d’Info-Com, de Japonais, d’Economie et de DECCID ont déjà acté le fait de ne pas trier les dossiers ParcourSup.

Et grande première, c’est le site des Moulins, de Lille 2, qui accueille les étudiants de droit et de sciences politiques qui est au cœur de la contestation. Là bas les étudiants ont appelé à un boycott des partiels et s’y emploient : ils s’y rendent et réalisé un pamphlet anti-sélection pour convaincre de la grève. Une belle démonstration de leurs déterminations.

L’assemblée générale appelée pour jeudi 19 avril a toutes les chances d’être de grande ampleur !

Crédits photo : Facebook Jeunes Insoumis Lille




Mots-clés

Plan Etudiants   /    Lille   /    mouvement étudiant   /    Sélection à l’université   /    Emmanuel Macron   /    Université   /    Jeunesse