^

Société

Après les pressions et les maltraitances…

VIDEO. Moins de 5 euros par jour et par retraité : les maisons de retraite Korian rationnent la nourriture

L’émission « Pièces à conviction » a révélé que la plupart des maisons de retraite privées consacreraient de 3,60 euros à 4,90 euros de nourriture par résident et par jour. Dans cet extrait, un cuisinier du groupe de retraite privé Korian a accepté de témoigner, à visage couvert.


Pièces à conviction. Moins de 5 euros par jour et par personne : quand les maisons de retraite rationnent la nourriture

Le groupe privé Korian avait déjà été épinglé Marseille, après avoir licencié deux aides-soignantes pour avoir dénoncé pressions et maltraitance. Le mastodonte du secteur a vu ses bénéfices doubler en 2016 à 131 millions d’euros pour un résultat net part du groupe de près de 3 milliards d’euros. Des bénéfices qui se font sur le dos des retraités.

Dans l’émission, le cuisinier raconte les conditions dans lesquelles il prépare les repas des résidents : « On a un budget à respecter, donc les consignes sont d’essayer de respecter le prix de revient journalier au centime près. Ce prix de revient, c’est pas lourd. Ça va de 4,27 à 4,35 euros maximum. Journalier : avec ce montant-là, on fait petit-déjeuner, déjeuner, goûter, dîner. Pour une personne. 4,35 euros, c’est vraiment dérisoire.  »

Selon un document interne, ce serait près de 95% des résidents des Ehpad Korian qui mangent pour un montant moyen de 4,35 euros par jour, tous repas confondus. Pour répondre à ces contraintes, le cuisinier explique : « On triche sur les proportions. Si dans une recette, il faut 8 kilos de légumes, on en met 7… On utilise du lait à la place de la crème fraîche dans une sauce. Un litre de lait coûte beaucoup moins cher qu’un litre de crème fraîche. Par contre, le résultat final n’est pas le même. C’est déplaisant ce travail. En plus, vous avez des personnes âgées qui ont un bon coup de fourchette. Elles n’y trouvent pas leur compte. Donc pour les calmer, de temps en temps, on leur donne une bonne part. On va tricher sur le voisin qui ne mange presque pas.  »

C’est donc 4,35 euros par jour pour un pensionnaire. Comme le raconte le cuisinier : « Voilà comme on fait pour rapporter de l’argent aux actionnaires. »




Mots-clés

Retraités   /    Précarité   /    Société