^

Société

L’homme de 28 ans poursuivi pour « atteinte sexuelle »

Viol. Le parquet estime que Sarah, 11 ans, était consentante car « a subi sans protester »

L’affaire fait froid dans le dos. Le 26 septembre prochain, un homme de 28 ans se présentera devant le juge pour « atteinte sexuelle sur mineure de 15 ans » en dépit d’une plainte pour viol. Le parquet a en effet estimé que Sarah, 11ans, était consentante car… a subi l’acte sans protester.

C’est un article de Médiapart : qui a révélé l’affaire. Le 24 avril dernier, Sarah, 11 ans, rentre du collège suite à une cour annulé, dans le Val d’Oise. Un homme de 28 ans, parfaitement au fait de l’âge de sa victime, et qui l’avait déjà abordé à deux reprises, 10 jours et 4 jours plus tôt, l’interpelle. « Qui tu attends ? Ton petit copain ? »,« Quoi ? Une belle fille comme toi n’a pas de petit copain ? »,« Est-ce que tu veux que je t’apprenne à embrasser ou plus ? ». Selon la mère de Sarah, « le piège s’est tissé sans qu’elle s’en rende compte, car elle n’avait pas la maturité pour comprendre. Elle n’a pas vu la manipulation. L’embrassade, elle l’a prise comme une plaisanterie. C’est une enfant : elle entend, mais ne comprend pas ce qui se cache derrière les propos. ». C’est alors que l’homme de 28 ans entraine la petite fille vers son domicile, lui ordonne de lui faire une fellation dans la cage d’escalier, puis une deuxième dans son appartement, avant de la pénétrer. C’est une fois sortie de cet enfer que Sarah appelle sa mère, avant d’aller au commissariat pour porter plainte pour viol.

C’est alors que le cauchemar, loin de finir, ne fait que commencer. La mère de Sarah témoigne : « Ils [Les policiers, NDLR] m’ont expliqué qu’elle l’avait suivi sans violence, sans contrainte, que la seule chose qui jouait en sa faveur, c’était son âge. C’était comme si on me martelait un message pour que ça s’imprime. C’était complètement en décalage avec la tragédie. »

C’est alors que la victime devient coupable aux yeux de la police, de la justice, et doit justifier… son attitude. « Elle était tétanisée, elle n’osait pas bouger, de peur qu’il la brutalise. Elle a pensé que c’était trop tard, qu’elle n’avait pas le droit de manifester, que cela ne servirait à rien, et elle a donc choisi d’être comme une automate, sans émotion, sans réaction » explique ainsi sa mère. Les faits, l’homme de 28 ans ne les conteste pas. Sa simple objection réside dans le fait qu’il assure ne pas avoir su que Sarah n’avait que 11 ans mais « entre 14 et 16 ». Trop peu, semble-t-il, pour le parquet de Pontoise qui estime que Sarah, en subissant sans protester, est tenue comme consentante ! Le procès va donc s’ouvrir pour « atteinte sexuelle sur mineure de 15 ans ». Il encourt jusqu’à 5 ans de prison, soit quatre fois moins qu’en cas de viol !

Loin d’être une exception, le cas de Sarah met en lumière une « particularité » du droit français qui couvre purement et simplement les violeurs. « Le fait, par un majeur, d’exercer sans violence, contrainte, menace ni surprise une atteinte sexuelle sur la personne d’un mineur de quinze ans est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 75000 euros d’amende. » est-il ainsi écrit noir sur blanc dans le code pénal. La « contrainte » n’est ainsi présumée que pour les enfants « en très bas âge ». « On en arrive à des situations inouïes. Une fille violée par son papa à 6 ans a été jugée consentante. Il n’a pris qu’un an avec sursis. Deux ans après, il l’a tuée. Mais pour l’instant, en France, après 4 ans et demi, on considère qu’un enfant est a priori consentant » explique ainsi Emmanuelle Piet, présidente du collectif féministe contre le viol. C’est ainsi que, dans son rapport, la police du Val d’Oise décrit Sarah comme une « jeune fille de 11ans » et non une enfant. Glaçant.

Pour la police et la justice française, « se taire, c’est consentir ». Une réalité violente inscrite dans le code pénal qui permet aux violeurs de pouvoir abuser de leur victime tout en bénéficiant de peines allégées, voire de relaxe. En d’autres termes, ce procédé permet en dernière instance de criminaliser les victimes, conséquence pure et abjecte du système patriarcal dans lequel nous vivons aujourd’hui.
_