^

Notre classe

Tristesse d’une réalité violente…

Wamen : « Là je reconnais un mec qui fait la manche, un ex-Goodyear que la vie a broyé »

Depuis la fermeture de l’usine à Amiens, Mickaël Wamen et ses anciens collègues n’ont eu de cesse de se battre. Mais le chômage, la précarité dans laquelle les patrons de Goodyear ont précipité des centaines de familles, en a déjà emporté plus d’un. Sur Facebook, il témoigne d’une rencontre peu ordinaire…

TRISTESSE D’UNE RÉALITÉ VIOLENTE…

Hier, après la réunion avec mes ex-camarades Goodyear Amiens, je me suis arrêté pour aller dans un tabac en centre-ville.

Et, surprise violente… Y’avait sur le côté du tabac un mec qui faisait la manche, le visage tuméfié par les mauvais coups de la rue, et là… Je le reconnais, Sébastien, un ex-Goodyear, que la vie a broyé.

Lui aussi me reconnaît, me dit : « Oh Mika, comme je suis content de te voir ».

les larmes me remplissent les yeux… J’échange avec lui quelques mots, lui demande comment je peux l’aider… Il me dit : « J’ai plus personne, plus de famille, mes parents sont morts et je suis fils unique… Je survis dans un foyer… »

Il m’explique que la veille y a eu une bagarre, il a eu le genou pété…

Je lui ai acheté des clopes, filé un peu de thunes, mais j’aurais surtout voulu le prendre avec moi et l’aider à se sortir de ce bordel. Il est tous les soirs au tabac le voltigeur a Amiens, le gars du tabac m’a dit : « Il est souvent là ».

Que puis-je faire ???

Je lui ai promis de retourner le voir, mais j’aimerai tellement l’aider même si je sais que c’est très compliqué…

Sébastien est un SDF comme tant d’autres dans un pays si riche, ces SDF qu’utilise le pouvoir pour se faire une pub au moment des grands froids et à chaque élection. C’est d’une violence inouïe surtout quand on déteste et combat les injustices.

Et quand je suis parti, je me suis dit : faut l’aider. Je vais tout faire pour y arriver même si je ne suis plus sur Amiens.

Alors, allez le voir ne serait ce que pour lui dire un petit mot, ça lui fera plaisir car au-delà de la violence de la rue ce qui le détruit c’est l’ignorance du plus grand nombre.

Ce que j’ai vécu hier soir, c’est la tristesse d’une réalité violente !!!

Rendez-vous en soutien aux salariés de Goodyear à l’occasion du procès aux Prud’hommes où ils contesteront leur licenciement, ce jeudi à Amiens.




Mots-clés

Amiens   /    #NosViesValentPlusQueLeursProfits   /    Licenciement(s)   /    Précarité   /    Goodyear   /    #AssezDeViesBroyées   /    Notre classe