^

Monde

Black Lives Matter : que s’est-il passé avant Minneapolis ?

Les images des manifestations à Minneapolis et dans d'autres villes américaines sont diffusées sur les écrans du monde entier. Le meurtre de George Floyd a confirmé une fois de plus que le racisme est institutionnel. Black Lives Matter, No Justice No Peace et d'autres slogans ont marqué la naissance d'une nouvelle génération de protestations.

lundi 1er juin

Article traduit de l’espagnol : Black Lives Matter : ¿qué pasó antes de Minneapolis ?

Black Lives Matter

En février 2012, Trayvon Martin a été assassiné. Il avait 17 ans et était noir, tué par un garde de métro, George Zimmerman. Lorsqu’il a été acquitté en 2013, des protestations ont éclaté dans plusieurs villes américaines et le slogan "Black Lives Matter" a été diffusé sur les réseaux sociaux. Ainsi est né le cri qui allait marquer une génération.

En 2013, Barack Obama avait inauguré son deuxième mandat. L’arrivée du premier président noir à la Maison Blanche a été un événement d’un énorme poids symbolique. Obama est devenu l’emblème des aspirations de la communauté noire, fille de l’esclavage et proie de la violence et de la discrimination raciale.

Je ne peux pas respirer

Le 17 juillet 2014, un policier a assassiné Eric Garner. Il avait 43 ans, était noir et a été asphyxié par un policier en civil. Garner était asthmatique et, comme l’a montré une vidéo qui a fait le tour du monde, il a dit « Je ne peux pas respirer » d’innombrables fois à l’officier Daniel Pantaleo qui l’a étouffé. Sa mort a suscité des protestations à New York, mais l’explosion a pris lorsque la justice a jugé qu’il n’y avait pas assez de preuves pour condamner le policier qui a étranglé Garner.

Les mains en l’air, ne tirez pas !

Le 9 août 2014, un policier blanc a tué Michael Brown, un jeune homme noir de 18 ans, dans la ville de Ferguson, aux États-Unis. Le lendemain, pendant dix jours d’affilée, les familles, les amis et les habitants de la ville ont manifesté pour demander que justice soit faite. Ce qui aurait pu passer inaperçu comme un acte de brutalité policière de plus a déclenché une vague de colère chez les jeunes noirs. Le slogan "Hands up, don’t shoot" est devenu le symbole des protestations à Ferguson.

L’année où Brown a été assassiné et son assassin acquitté a marqué le 50e anniversaire de la loi sur les droits civils (qui a mis fin à la ségrégation raciale légale). Mais cette même année 1964, quelques jours seulement après le vote, une grande révolte noire a éclaté à Harlem, dans l’État de New York, en réponse au meurtre d’un jeune homme par la police. Un rappel peut-être qu’aucune loi ne peut à elle seule mettre fin au racisme. Presque comme tatouage temporaire, l’année même du 50e anniversaire, le meurtre de Michael Brown rouvre le débat sur l’illusion d’une société post-raciale.

Les meurtres n’étaient ni les premiers ni les derniers. Le meurtre de Freddie Gray en 2015, le massacre de Charleston, les exécutions d’Alton Sterling et de Philando Castile en 2016 ont montré clairement que les violences policières étaient encore empreintes de préjugés raciaux. Être noir aux États-Unis est une raison suffisante pour mourir des mains de la police. Une personne noire a trois fois plus de chances d’être tuée par la police qu’une personne blanche. De plus, moins d’une victime noire sur trois des violences policières n’était pas soupçonnée d’un crime ou n’était pas armée (informations tirées de la cartographie des violences policières). Bien que la communauté noire ne représente que 13 % de la population, les hommes noirs âgés de 15 à 34 ans représentent 15 % des homicides commis par la police (Cartographie de la violence policière).

Pas de justice, pas de paix

"Sans justice, il n’y aura pas de paix" marque un tournant : les protestations contre le racisme ne seront pas momentanées, un mouvement a émergé qui dénonce les violences policières mais qui s’interroge aussi sur les nombreux aspects de la discrimination raciale. Les acquittements successifs des policiers qui ont assassiné Michael Brown, Eric Garner ou Trayvon Martin ont à nouveau rempli les rues de protestations contre l’impunité et confirmé les soupçons de ceux qui sont descendus dans la rue : le racisme est toujours vivant.

Peu de gens auraient pu prévoir que l’épisode le plus récent de la lutte contre le racisme aux États-Unis se déroulerait sous le règne du premier homme noir Président. Située dans l’« ère post-droits civils », la montée du mouvement Black Lives Matter peut être lue à travers le prisme de l’épuisement progressif de la politique d’élargissement des droits civils. La persistance du racisme et de l’inégalité a ouvert la voie à une nouvelle vague de mécontentement.

Comme d’autres mouvements politiques aux États-Unis, l’élection de 2016 a représenté un défi. La campagne électorale a relancé de nombreux débats sur la relation entre le mouvement noir et le Parti démocrate. Le poids de ce parti dans la communauté noire, depuis le mouvement des droits civils jusqu’à nos jours, a réussi, non sans contradiction, à canaliser le mécontentement, à affaiblir et à marginaliser les secteurs radicalisés.

Retour à la rue dans un « nouveau » monde

Le meurtre de George Floyd n’est qu’un des nombreux actes de violence policière raciste contre la communauté noire. Les noms d’Ahmed Arbery, Breonna Tayor et Sean Read sont moins connus, mais leurs histoires sont similaires à celles de George Floyd. L’arrestation du policier qui a assassiné George Floyd n’a pas eu l’effet escompté de calmer les protestations. La rapidité avec laquelle les autorités ont agi montre la crainte que les jours de colère ne s’étendent et ne s’approfondissent, ainsi que la nécessité pour le gouverneur démocrate du Minnesota, Tim Walz, de prendre ses distances par rapport aux déclarations incendiaires de Trump. En réalité, cela fait cinq jours que les révoltes grondent dans tous les états.

Le racisme explicite de Donald Trump ne fait qu’exacerber la colère. Au cours de la semaine, le président a encouragé les milices blanches armées jusqu’aux dents dans différentes villes à affronter directement les manifestants et a menacé de réprimer les protestations.

Il ne faut pas oublier que les républicains et les démocrates agissent en tenant compte du calendrier électoral. Cela explique aussi la réapparition de Barack Obama sur la scène publique. Ce n’est pas la première fois qu’Obama fait preuve de compréhension pour les protestations. En 2013, il avait dit que Trayvon Martin aurait pu être son fils ou lui-même. Cependant, Obama et le Parti démocrate ont toujours évité toute remise en cause du racisme, qui est étroitement lié à la nature même de l’État américain.

L’esprit des manifestations de Ferguson et de Baltimore est dans l’air. On le sent dans les slogans et les chansons qui accompagnent les manifestations, dans les symboles qui reviennent dans les rues. Les jeunes noirs sont fatigués du harcèlement et de la violence de la police. Si de nombreux problèmes sont les mêmes, cette fois-ci, la situation politique est très différente. Donald Trump est en poste et le pays se dirige vers l’une des pires crises économiques et sociales, marquée par l’incertitude de la pandémie de Covid-19.

Les protestations à Minneapolis trouvent un écho surtout chez les jeunes, mais aussi chez les travailleurs, chez des millions de nouveaux chômeurs et chez ceux qui vivent la discrimination et l’oppression. Trouver et construire de nouvelles alliances peut être le pas décisif pour concrétiser le cri qui remplit à nouveau les rues : sans justice, il n’y aura pas de paix !




Mots-clés

Répression policière   /    impunité policière   /    #BlackLivesMatter   /    Violences policières   /    Etats-Unis   /    Répression   /    Monde