^

Politique

Ils n’ont aucune limite

Dans la Somme, les masques de protection interdits par arrêté préfectoral

Le préfet de la Somme avait pris pour l‘acte VII de la mobilisation des Gilets Jaunes un arrêté qui interdit le transport et l’utilisation sur la voie publique d’« équipements personnels de protection des voies respiratoires ».

samedi 5 janvier

Crédits photos : © AFP / Zakaria ABDELKAFI

Du 28 décembre dernier jusqu’au 2 Janvier de cette année, le préfet de la Somme avait, par arrêté, interdit non seulement l’utilisation mais aussi le transport d’équipements personnels de protection des voies respiratoires. En effet, dans le cadre de la mobilisation des gilets jaunes, beaucoup de manifestants ont recours à ce type d’équipements utilisés d’ordinaire sur les chantiers ou dans les ateliers pour résister un tant soit peu à l’usage massif de gaz lacrymogènes par les forces de répression. Suivant cet arrêté, le simple transport d’un masque de protection pourrait conduire à une verbalisation. En réalité, l’objectif de ce type de texte est surtout de justifier la confiscation des masques trouvés sur des manifestants.

Il n’en reste pas moins que la seule exception considérée par le texte porte sur les masques à usage sanitaire utilisés par les médecins. Il s’en suit qu’un ouvrier du bâtiment aurait pu être verbalisé simplement pour avoir transporté un de ces outils de travail. Plus absurde encore, si on suit cet arrêté à la lettre, les pompiers ne pourraient pas aller sur un incendie avec leur masque à gaz. De la même façon, les gendarmes ne pourraient en théorie pas se protéger des gaz qu’ils emploient. On peut cependant supposer qu’aucun policier ou gendarme ne sera pénalisé pour avoir utilisé un masque à gaz alors qu’il réprimait une manifestation.




Mots-clés

Violences policières   /    Politique