^

Débats

Les nôtres

Eduardo Molina (1955-2019) ¡Hasta el socialismo siempre !

C’est avec beaucoup de tristesse que nous apprenons le décès d’Eduardo Molina, militant de longue date de la Fraction Trotskyste et du Parti des Travailleurs pour le Socialisme d’Argentine. Nos pensées, en ces moments difficiles, vont à sa famille, à sa compagne, Aída, ainsi qu’à ses enfants, Valeria et Iván.

jeudi 26 septembre

Eduardo avait commencé à militer avec les trotskystes alors qu’il n’était que lycéen, à Lomas de Zamora, dans la banlieue de Buenos Aires. Par la suite, étudiant en architecture à l’Université de La Plata, il a intégré le Parti Socialiste des Travailleurs, au milieu des années 1970. Au cours ces années, en pleine dictature, Eduardo a partagé son militantisme entre l’Argentine et la Bolivie. Il a poursuivi, par la suite, au Mouvement vers le Socialisme (MAS) jusqu’à ce qu’au début des années 1990 il fasse le choix, avec d’autres camarades, de rejoindre le PTS.

Depuis lors, il a milité dans notre organisation, en y apportant toute son expérience, sa connaissance profonde du marxisme et de la réalité internationale et latino-américaine pour construire un courant trotskyste révolutionnaire, ouvrier et internationaliste. En mettant une passion toute particulière à former les jeunes générations à la théorie et à la pratique révolutionnaire.

Eduardo a fait partie du Comité de Rédaction de la revue Estrategia Internacional, a donné des dizaines et des dizaines de conférences et a contribué à l’élaboration de plusieurs documents stratégiques de notre courant, à commencer par les thèses de fondation de la Ligue Ouvrière Révolutionnaire (LOR-CI) de Bolivie ou, plus récemment, en apportant au document de constitution du Courant Socialiste des Travailleurs (CST) du Pérou.

Au début des années 2000 et jusqu’en 2010 il s’est installé en Bolivie pour participer à l’animation et à la construction de la LOR-CI. Son apport a été fondamental pour orienter notre jeune organisation au cours des grands événements qui ont secoué le pays, à partir de la Guerre de l’eau de Cochabamba, qui ont mis un terme au cycle des gouvernements néolibéraux et qui ont ouvert la voie à l’arrivée au pouvoir de Evo Morales. Au cours de ces années, il a écrit plusieurs articles autour de la politique révolutionnaire au sein du processus bolivien et a participé à la dynamique de réorganisation syndicale qu’a connue le pays à partir de l’année 2005. Par ailleurs, Eduardo a joué un rôle central dans l’intégration du groupe de camarades de l’Etat espagnol à la FT, processus initié, précisément, en lien avec les événements de Bolivie et notre intervention au cours de ce processus.

De retour en Argentine, il a poursuivi son militantisme au sein de la Commission Internationale du PTS et a continué à contribuer à l’élaboration théorico-politique de notre courant international à travers Estrategia Internacional et, dernièrement, La Izquierda Diario et la revue Ideas de Izquierda.

Depuis l’an passé, Eduardo travaillait avec passion à un livre sur les leçons de la Révolution bolivienne de 1952. Il n’a pas pu achever le manuscrit, quasi terminé, mais il a laissé les indications nécessaires de façon à ce que cet ouvrage puisse voir le jour.

En ces moments difficiles, nos pensées et notre affection vont à sa famille, à sa compagne, Aída, ainsi qu’à ses enfants, Valeria et Iván.

Nous nous séparons d’un ami, d’un camarade qui n’a jamais cessé de se battre pour la construction d’un parti ouvrier socialiste et révolutionnaire en Argentine et dans le monde. Notre meilleur hommage est l’engagement de poursuivre ce combat pour en finir avec ce système d’exploitation et d’oppression.

Eduardo Molina, ¡hasta el socialismo siempre !

Claudia Cinatti, pour la Direction nationale du PTS

Trad. CT