^

Du Pain et des Roses

Rétropédalage

IVG : le Sénat recule sur l’allongement du délai légal

Ce mardi, le Sénat a fait marche arrière sur un amendement voté le 7 juin. Le texte prévoyait d’allonger de deux semaines le délai légal de l’IVG (interruption volontaire de grossesse), de douze à quatorze semaines.

jeudi 13 juin

Au cours d’une première délibération, le Sénat avait adopté le 7 juin un texte qui modifiait le délai légal de recours à l’IVG, le prolongeant de douze à quatorze semaines. Cependant, la commission des affaires sociales a exigé une nouvelle délibération, avec l’accord d’Agnès Buzyn, Ministre de la Santé, prétextant que l’hémicycle était trop peu rempli lors de la première délibération. C’est ainsi que ce mardi 11 juin le Sénat est revenu sur sa décision, avec un vote a refusé le texte à une large majorité.

En France, des milliers de femmes ayant dépassé le délai légal de douze semaines de recours à l’IVG se rendent à l’étranger chaque année pour avorter. Ce privilège reste évidemment restreint à celles qui peuvent se permettre de voyager, tandis que les femmes en situation de précarité sont obligées de recourir à des avortements illégaux, parfois au risque de leur vie. Une nouvelle fois, ce sont des sénateurs coupés de la réalité, et qui s’opposent systématiquement aux intérêts des classes populaires qui ont choisi à notre place. Lors du premier vote du 7 juin, seulement 24 sénateurs étaient présents dans l’hémicycle pour un sujet aussi crucial que celui de la vie de milliers de femmes. De plus, le fait que la Ministre puisse remettre ce vote en question, puisqu’elle n’est pas d’accord avec le résultat, confirme que le le Sénat est une institution complètement anti-démocratique qui se rangera toujours du côté de la bourgeoisie.

Partout dans le monde le droit à l’avortement est remis en question ; des sénateurs argentins avaient refusé l’été dernier d’accorder ce droit aux femmes alors que des centaines de milliers de personnes étaient dans les rues, ou plus récemment des lois ultra-réactionnaires votées dans plusieurs Etats américains punissant très sévèrement l’avortement. En France, ce droit est surtout remis en cause par les politiques austéritaires de Macron. En effet, ce sont 130 centres d’IVG qui ont fermé en 10 ans, et depuis 1996, le nombre de maternité a diminué de 60%. De nombreuses femmes ont témoigné de leur accouchement dans leur salon ou sur une aire d’autoroute, faute de maternité à proximité. La réforme de la Santé proposée par Agnès Buzyn n’aura pour conséquence que d’aggraver ces chiffres. Ce nouveau vote au Sénat, appuyé par la Ministre de la Santé, est une nouvelle preuve de l’hypocrisie du gouvernement qui se vantait pourtant il y a quelques mois de faire de « l’égalité femmes-hommes la grande cause du quinquennat ».

Crédit photo : AFP HO




Mots-clés

patriarcat   /    Féminisme    /    IVG   /    Du Pain et des Roses