^

Politique

Pour une action non-violente

"Ils m’ont enfoncé un tonfa dans le cul" : un militant raconte les violences policières subies lors de son arrestation

Ce 20 septembre, Alexandre militant qui se revendique de la non-violence raconte sur les réseaux sociaux comment, la veille, il a subi les violences terribles de la police : « Je me suis fait éclater. Et ils m'ont enfoncé un tonfa dans le cul. »

lundi 21 septembre

Dans un live Facebook publié hier, Alexandre raconte les violences policières qu’il a subit suite à un rassemblement non-violent.

Arrêté deux fois le 12 septembre pour s’être rendu à la manifestation parisienne des Gilets Jaunes puis avoir participé à un sitting organisé par Extinction Rébellion devant l’Élysée, Alexandre explique comment, la semaine suivante, la police l’a violenté.

C’est lors d’une action non violente d’Extinction Rébellion que la police puis la BRAV, ce samedi 19 septembre, met en place une dispersion violente des militants écologistes. Alexandre, raconte : « Ils nous sont tombés dessus, mes camarades ont réussi à s’enfuir, mais pas moi. Et je me suis fait défoncer, c’est à dire que là j’ai une côte pétée. J’ai encore mon pantalon de l’hôpital. Je me suis fait éclater. Et ils m’ont enfoncé un tonfa dans le cul. ». Il a par la suite été protégé par les pompiers puis le personnel hospitalier alors que les forces de police tentaient de l’arrêter puis de l’entendre.

Après avoir eu le courage de témoigner de sa violente agression, qui rappelle celles subie par Théo Luhaka à Aulnay-sous-Bois, Alexandre ne compte pas laisser cette affaire impunie, lui, qui dit avoir identifié le commissaire en charge de cette opération, compte porter plainte contre les policiers mais aussi l’institution policière pour violences volontaires, viol et injures à caractère homophobe.

Cette affaire scandaleuse s’inscrit dans une poussée sécuritaire générale à laquelle on assiste depuis le confinement avec quelques 12 morts de mains de la police recensé alors, elle émerge quelques jours seulement après la mort de Mamadou, cousin d’Assa Traoré, qui se bat encore pour que la police soit punie du meurtre de son frère il y a 4 ans. Cette atmosphère d’impunité policière touche particulièrement le milieu militant qui subit un acharnement constant à l’image de Taha Bouhafs et que cette affaire pousse à son paroxysme.

Soutien donc à Alexandre contre cette police ! Stop à l’acharnement policier sur les militants !

« lS’ils sont aussi violents envers nous c’est qu’on est sur la bonne voie, c’est parce qu’on les dérange.[...] La seule chose qui va se passer c’est que je vais continuer à aller en manif, que je vais continuer à coordonner[...] des actions Gilets Jaunes et Extinction rébellion […] on va faire tomber ce systeme » - Alexandre.




Mots-clés

Violences policières   /    Politique