^

Société

Les tribunes populaires dans le viseur

Interdictions de stade renforcées, fichage entériné. Coup d’accélérateur sur la répression des Ultras

C'est une nouvelle étape dans la répression des tribunes populaires, à un peu plus de 4 mois du début l'Euro en France. La proposition de loi « renforçant la lutte contre le hooliganisme » a été adoptée ce jeudi à l'Assemblée. Elle entérine le fichage informatique des supporters. Karel Venuvitch

vendredi 5 février 2016

« Pas de liberté, pas de dialogue, pas de juge indépendant, c’est Larrivé de la dictature » pouvait-on lire sur une banderole du Kop Sud stéphanois, lors de la reception du PSG. Un trait d’humour - en référence au patronyme du député Les Républicains Guillaume Larrivé, à l’origine de la loi - qui témoigne d’une réelle colère dans les rangs Ultras. Ni l’Association nationale des supporters, ni les groupes, les clubs ou les instances du football n’ont été auditionnés par le député de l’Yonne.

« Le texte offre aux clubs des pouvoirs majeurs de restriction des droits des supporters. » explique Pierre Barthélemy, avocat d’une association de supporters du PSG. « Sa rédaction reste floue. C’est donc de nouveau la porte ouverte à de nombreux abus potentiels. Et, à ce stade, on n’a pas les moyens de s’opposer à ces abus. » a-t-il détaillé. L’objectif du texte, proposé à la hâte suite aux incidents du match Marseille / Lyon en septembre dernier, est avant tout de renforcer un appareil répressif déjà conséquent. Ainsi, l’article 2 prévoit un allongement d’un à deux ans – et jusqu’à trois en cas de récidive - des interdictions administratives de stade (IAS), délivrées sans procès par les préfets. « On avait travaillé à une loi sur la représentation des supporters et finalement, c’est une loi qui accentue seulement le côté répressif qui nous est présentée, en renforçant les interdictions administratives de stade et en permettant aux clubs de ficher leurs propres supporters » a déclaré Marie George Buffet au magazine So Foot. Si quelques mesures privilégiant un meilleur dialogue entre clubs et supporters sont à souligner, c’est surtout l’absence de garde- fou qui interpelle, surtout lorsque des dérives sont constatées chaque weekend de match, ou presque.

Le dernier cas marquant de violences policières envers les supporters date d’il y a une semaine, lorsque plus d’un millier de supporters du RC Lens se sont retrouvés enfermés dans un parking dès leur arrivée, sont restés parqués pendant quelques heures avant de subir coups de matraque et gaz lacrymogène. Une fois entrés dans le stade après cet épisode de violence gratuite de la part des forces de l’ordre, les fans sang et or ont manifesté leur mécontentement, et quelques incidents mineurs ont été constatés. Alors que les médias et le président du club condamnaient les incidents dans le stade, les Ultras de France s’unissaient autour d’un communiqué commun pour faire face à la répression, démontrant de façon admirable qu’ils étaient loin de mériter leur étiquette d’authentiques sauvages assoiffés de violences.

Alors que l’Euro 2016 approche à grand pas, le nettoyage des tribunes se poursuit. A 4 mois du début de la compétition, la loi de renforcement de la lutte contre le hooliganisme met un coup d’accélérateur à la politique du tout répressif en ce qui concerne les tribunes populaires. La loi LOPSI 2 avait déjà engendré une militarisation extrême des stades, une multiplication des bavures et une restriction des possibilités de défense ou, tout simplement, de se déplacer pour les supporters souhaitant encourager leur équipe en chantant avec passion plutôt qu’en s’asseyant sagement en tribune "respectable". Mais avec la légalisation du fichage informatique des supporters, c’est un pas important qui est franchi, et qui annonce un avenir sombre pour les supporters Ultras. Il n’empêche que la solidarité qui se développe au sein des groupes de supporters face à ces politiques répressives témoigne d’un véritable esprit de résistance de la part des tribunes populaires. Une solidarité et une combativité ô combien nécessaire pour lutter face au nettoyage des virages en cours.




Mots-clés

Répression   /    Société