^

Du Pain et des Roses

Grève et stratégie féministe

Le film "Les petites mains invisibles" projeté à Paris 8 : lancement de cours alternatifs sur le féminisme

Alors que de nombreux secteurs de l’université organisent la grève jusqu’au 5 mars, le collectif féministe Du Pain Des Roses projettera ce mercredi, avec le département de philosophie, “Les petites mains invisibles”, suivi d’une discussion sur les enjeux stratégiques pour le féminisme. Si cette première séance d’une série de cours alternatifs concerne la France, les prochaines porteront sur l’expérience des mouvements au Chili, en Argentine et en Italie, entre autres.

lundi 10 février

Ce mercredi à 16h, dans la salle A028 du bâtiment A de l’université, une projection du film sur la bataille victorieuse des grévistes de la société de nettoyage Onet sera tenue, et suivie de discussions pour débattre des questions stratégiques que posent pour le féminisme ce retour de la lutte de classe en France, des mouvements de 2016, en passant par la bataille du rail de 2018, les gilets jaunes, à la récente grève d’une cinquantaine de jours de la RATP et la SNCF.

Alors qu’une séquence de lutte contre la réforme des retraites, la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) et la précarité étudiante se développe aujourd’hui dans beaucoup d’université, après avoir voté, dans le cadre de la coordination nationale des facs et labos en lutte, a été voté la préparation d’une grève reconductible à compter du 5 mars. Dans de nombreuses universités, la mobilisation prend la forme de cours alternatifs. Dans la mesure où ces cours s’accompagnent d’une grève effective des enseignants, qu’ils ne reproduisent pas la division classique du travail maître/étudiants, et qu’ils participent à la production d’un savoir engagé réunissant étudiants, grévistes, professeurs et personnels, ces espaces peuvent se transformer en réel points d’appui pour faire de l’université un bastion au service des grands mouvements contre Macron et l’ensemble de ses réformes néolibérales, dont les femmes travailleuses sont les premières victimes. C’est dans cet esprit que les militantes du collectif Du Pain et des Roses ont décidé de participer à l’organisation d’un séminaire avec des étudiantes de plusieurs départements et le concours de Mara Montanaro, enseignante-chercheuse en philosophie, que nous avions interviewé sur cette révolution féministe qui vient du sud.

A l’occasion de cette première séance d’une série de cours alternatifs consacrés à l’histoire internationale et aux débats stratégiques qui animent les différents mouvements féministes, nous nous efforcerons de tirer profit des nombreuses leçons que contient l’expérience de cette grève victorieuse de 45 jours. Des femmes racisées qui, à travers leur combat exemplaire, et les figures qu’elles ont fait émerger, ont démontré le potentiel hégémonique et la nécessité d’une voix féministe antiraciste, anticapitaliste et anti-impérialiste. Si la gouvernance néolibérale s’efforce de morceler et fragmenter les travailleurs et travailleuses, ces femmes, devenues des guerrières, donnent à voir la force de la grève, et la façon dont celle-ci peut, tout en transformant la réalité, révolutionner celles qui la font.




Mots-clés

Petites Mains Invisibles   /    Onet   /    Paris 8   /    Du Pain et des Roses