^

Politique

Racisme et hypocrisie

Sibeth Ndiaye : la porte-voix de la macronie, victime de propos racistes

Fidèle de la première heure, la porte parole du gouvernement Sibeth Ndiaye qui a succédé à Benjamin Griveaux en avril, est la nouvelle cible des réactionnaires et autres racistes sur les réseaux sociaux.

lundi 22 juillet

La nouvelle polémique a été lancée par Nadine Morano qui n’en est plus à son coup d’essai, s’attaquant à la tenue vestimentaire qualifiée de « tenue de cirque » et aux origines sénégalaises de la porte-parole. Il est incontestable que cette dernière est victime de propos injurieux et racistes, comme l’ont été avant elle à leur période Rama Yade ou encore Christiane Taubira. Cependant Sibeth Ndiaye appartient à un gouvernement qui alimente le racisme systémique.

La fachosphere à l’offensive contre Sibeth Ndiaye

Il est de plus en plus visible que la fracture à droite depuis la présidentielle de 2017, bouscule la stratégie politique du parti des Républicains. Coincé entre le siphonage au centre-droit par LREM et à l’extrême-droite par le RN, Les Républicains, essayent aujourd’hui de compenser la fuite de leurs électeurs, en employant les recettes de l’extrême-droite.

« Sénégalaise très bien née », « lacune sur la culture française », « souvent en tenue de cirque », voilà certains des propos de Nadine Morano, qui a reçu l’appui de toute la fachosphère sur Twitter et notamment de plusieurs membres du RN comme son ancien collègue Thierry Mariani.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’elle tient des propos racistes contre les personnes d’origine africaine. En 2016, en se référant à la Gare du Nord elle affirmait : « on n’a plus l’impression d’être en France, on a l’impression d’être en Afrique ! Vous arrivez à la gare du Nord, c’est l’Afrique. Ce n’est plus la France ! ».

L’ancienne ministre sarkozyste n’a en réalité pas beaucoup de divergences sur la politique néolibérale que défend Sibeth Ndiaye, mais, par contre, elle a réellement un problème avec ce qui est d’origine africaine. Elle ne manque d’ailleurs pas de culot, en utilisant son ancienne collègue Rama Yade, pour justifier qu’il n’y a pas de racisme, plus encore elle explique que l’Afrique serait choquée aussi des « accoutrements » de Sibeth Ndiaye.

Le problème ne serait donc pas raciste, mais seulement vestimentaire ! Cette polémique contre la porte-parole, montre s’il le fallait encore, après Taubira traitée de « guenon », que la bourgeoisie qui passe son temps à marteler, la beauté des valeurs républicaines, l’égalité des chances, n’a en réalité que faire de ses slogans, même quand une personne racisée comme Sibeth Ndiaye fait partie d’un gouvernement qui favorise largement les intérêts des capitalistes et participe amplement à l’étalement de préjugés racistes. La seule couleur de peau et l’origine, suffisent pour les mettre à l’offensive, utilisant justement les valeurs républicaines, pour maquiller leurs propos racistes.

Il y a Sibeth Ndiaye et il y a les Gilets Noirs

Les propos qu’a subis la porte-parole du gouvernement, ne sont en réalité qu’un pourcentage infime de ce que vivent l’ensemble des personnes racisées en France. Sibeth Ndiaye a choisi clairement son camp, celui de la classe dominante, face à la classe opprimée, dont une large partie est justement issue de l’immigration et des anciennes colonies françaises. Les propos visant la porte-parole, ne sont que la partie émergée de l’Iceberg. Quand on voit ce que les politiciens racistes sont capables de dire à une représentante du gouvernement, on imagine à peine ce que vivent ceux qui ne sont pas de son rang social et qui n’ont pas le président de la république à leurs côtés pour être défendus.

Sibeth Ndiaye qui dénonce les propos racistes qu’elle a subis, ne dénonce guère la répression policière ni les propos racistes dirigés contre le collectif des Gilets Noirs, après l’envahissement du Panthéon. Elle participe pleinement, depuis la campagne présidentielle, à la politique du gouvernement qui réprime dans les quartiers populaires, comme dans les manifestations des Gilets Jaunes. Elle participe à la politique du gouvernement qui refuse de régulariser des travailleurs sans papiers, qui refuse de sortir de la misère sociale les réfugiés jetés porte de la chapelle comme des déchets. Elle participe à la politique macroniste qui s’oppose à l’accueil de nouveaux migrants, comme en juin 2018 avec le refus d’accueillir l’Aquarius. Elle, l’étudiante, née en 1979 à Dakar, issue d’une famille bourgeoise du Sénégal, dont la mère était présidente du conseil constitutionnel du Sénégal et le père député du parti du président Wade, a fait ses études supérieures en France, mais a pourtant soutenu l’augmentation des frais de scolarité des étudiants étrangers qui demain ne pourront pas venir étudier en France, cette possibilité étant réservée aux étudiants des bourgeoisies étrangères.

Sibeth Ndiaye défend donc les intérêts de sa classe, cette classe qui pourtant aujourd’hui lui montre le plus grand mépris, mais qu’elle continuera à défendre jusqu’au bout et dont elle défendra les politiques racistes et néolibérales.

Le cas de Sibeth Ndiaye, ou encore le plus grand exemple qu’est la présidence Obama aux Etats Unis, montre que la « réussite » financière ou politique des personnes racisées, n’a jamais profité en quoi que ce soit aux classes opprimées dans le pays où ils exercent leurs fonctions ou encore dans les pays qui vivent sous la domination de l’impérialisme. Les actes négrophobes aux Etats Unis sous Obama ont continué sans que rien ne change ; la justice et la police racistes des Etats Unis ont continué à assassiner des noirs, sans que justice soit faite, ni que la loi condamnant à perpétuité les récidivistes à la 3eme condamnation, qui a fait exploser la population carcérale notamment des afro-américains, ne soit abrogée. Malgré la double mandature d’un président noir, pur produit du « rêve américain », les populations hispaniques et afro-américaines, sont les plus opprimées du pays, et cela va en s’accélérant avec Donald Trump.

Alors oui, il faut condamner les propos racistes à l’encontre de la porte parole, mais il ne faut pas tomber dans la supercherie politique qui viserait à faire croire que le racisme d’Etat n’existerait plus en macronie car la porte parole serait elle même victime de propos racistes. Elle en est la porte parole et la victime collatérale du racisme systémique qui continue à être entretenu par le gouvernement.

Sibeth Ndiaye elle ne connait pas la peur d’être reconduite à la frontière car sans-papiers, ni celle d’être contrôlée sept fois plus qu’une personne blanche dans la rue, ni celle de mourir d’un plaquage ventral par plusieurs gendarmes le jour de son anniversaire comme Adama Traoré. Elle ne connait pas non plus la vie de ces femmes de chambre qui subissent les agressions sexuelles et les contrats précaires. Elle porte la parole de Castaner, de Philippe ou encore de Pénicaud, ceux-là mêmes qui la défendent face à Morano, alors qu’ils sont les artisans des mêmes politiques antisociales, répressives et racistes, dans la lignée des gouvernements précédents.




Mots-clés

Racisme   /    Emmanuel Macron   /    Nadine Morano   /    Politique