^

Politique

Acte VII

Toulouse. Un manifestant éborgné par un tir de flashball

La répression ayant eu lieu ce samedi à Toulouse a été sans précédent, la manifestation était à peine commencée, qu’elle était déjà violemment réprimée. Une escalade de violences policières qui a mené à ce qu’un homme perde un œil après un tir de flash-ball.

samedi 29 décembre 2018

Photo : France 3 Occitanie

Un centre-ville quadrillé par la police dès midi, des gaz lacrymogènes tirés dès le début de la manifestation… tout un arsenal policier mis en place pour que l’acte VII à Toulouse n’ait pas lieu. Malgré les charges et les gaz, des cortèges de centaines et de milliers de personnes ont tout de même pu se constituer tout au long de l’après-midi. Les forces de répression ont repoussé et nassé le gros de la manifestation du côté de Saint-Cyprien.

Les tabassages et gazages allaient bon train, du côté de Fer à Cheval. Et un homme a perdu son œil après qu’un policier l’a visé à la tête, à moins de dix mètres selon des témoins, un flash-ball.

Les manifestants sont de plus en plus criminalisés, et le nombre de blessés ne fait qu’augmenter. Les témoignages et vidéos de violences policières – et notamment de tirs de flash-ball où membres de la BAC et CRS visent très clairement la tête, mutilant sévèrement des dizaines de manifestants – abondent sur les réseaux sociaux,

Cette violence policière et étatique se répète désormais tous les samedi. Cette escalade d’autoritarisme ne doit pas être banalisée. Contrairement aux chiffres annoncés par les médias dominants, malgré la répression, la colère et la détermination des Gilets Jaunes ne redescend pas… La peur va changer de camp.




Mots-clés

Gilets jaunes   /    Manifestation   /    Toulouse   /    Violences policières   /    Répression   /    Politique