^

Politique

Catalogne

VIDEO. Des indépendantistes bloquent l’autoroute A9 entre la France et l’Espagne pour se faire entendre

Depuis ce lundi matin, des centaines de manifestants ont bloqué l'autoroute A9, qui relie la France à l'Espagne côté méditerranéen. Ils protestent contre les condamnations prononcées contre plusieurs dirigeants indépendantistes mi-octobre, qui avaient entraîné d'importantes mobilisations dans toute la Catalogne.

lundi 11 novembre

Depuis ce lundi matin, il est impossible pour les automobilistes de traverser la frontière franco-espagnole par l’autoroute A9. Depuis environ 9h, plusieurs centaines de manifestants indépendantistes ont en effet coupé l’axe de circulation au niveau du Perthus, côté espagnol. Une action qui vise à protester contre les peines de prison prononcées le mois dernier contre neuf dirigeants indépendantistes, incarcérés depuis le référendum d’octobre 2017.

Les manifestants présents ont affirmé leur volonté de rester sur place « au moins jusqu’à mercredi » et ont installé des barricades, estrades, sono et tentes sur le bitume, coupant totalement la circulation. Ces derniers sont massés du côté espagnol de la frontière. Ce lundi après-midi, la police française a fait reculer ceux d’entre eux qui étaient passé côté français.

Cette action s’inscrit dans la continuité de la résurgence des contestations en Catalogne de la part des indépendantistes depuis le mois dernier. « Cette mobilisation est un cri adressé à la communauté internationale pour qu’elle fasse comprendre à l’État espagnol que la seule voie, c’est s’asseoir et parler », ont écrit les organisateurs de la manifestation sur la plateforme « Tsunami Démocratic ».

Le 14 octobre dernier, à l’issue de quatre mois d’un procès sous forme de farce, neuf leaders de la cause indépendantistes ont été condamnés à des peines de prison allant de neuf à treize ans pour avoir pris part à l’organisation d’un référendum d’auto-détermination le 1er octobre 2017. Le scrutin avait été jugé illégal avant même sa tenue par la justice de l’Etat espagnol, avant d’être malgré tout organisé. Parmi les 42% de votants, 90% s’étaient alors prononcés en faveur de l’indépendance.

Les neuf condamnations, survenues plus de deux ans après les faits, ont provoqué une importante vague de contestation en particulier à Barcelone. Après plusieurs manifestations qui ont notamment vu la jeunesse incarner le fer de lance de la contestation, le 18 octobre a été le théâtre d’une grève générale massive dans toute la Catalogne. Plusieurs syndicats avaient appelé à se mobiliser derrière le mot d’ordre « Pour les droits et libertés, Grève Générale ». Un appel suivi par de nombreux secteurs comme les dockers ou chez les constructeur automobile Seat, dont l’usine barcelonaise avait été à l’arrêt tout une journée. Les « Marches pour la Liberté, parties de différentes villes pour converger vers la capitale catalane, avaient alors réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes.




Mots-clés

Catalogne   /    Politique