^

Politique

Mort pour un appartement insalubre

VIDEO. « Lâchez-le, il va mourir » : un homme meurt dans une voiture de police après une expulsion

A Chambéry, un homme de 50 ans est mort dans une voiture de police après avoir été traîné au sol par des policiers. Il est mort pour avoir protesté contre l’expulsion de lui et sa famille d’un « appartement insalubre dans un quartier insalubre ».

vendredi 5 juillet

Lakdhar Bey est mort sur le parking de la cour de l’immeuble qu’il habitait avec sa famille. Les raisons ? S’être opposé à l’expulsion de lui et sa famille. Pour la troisième fois, un huissier et des policiers sont venus les expulser de cet appartement dont ils ne payaient pas le loyer. Le père de famille est arrivé au cours de l’expulsion. Il a protesté énergiquement. Ce qu’il voulait c’était un toit pour sa famille, mais au XXIème siècle en France, la société ne permet pas à toutes et tous d’y avoir accès.

Lakdhar aurait brisé des vitres de l’appartement et balancé ses affaires par la fenêtre. Le policier présent l’aurait alors menotté. Il s’est débattu, puis il a dit qu’il ne se sentait pas bien. Un avertissement que les policiers n’ont pas pris en compte puisqu’ils l’ont traîné de l’immeuble dans la rue puis installé dans la voiture. Là, il aurait fait un premier malaise. Les policiers l’auraient alors sorti de la voiture, sa tête aurait heurté le sol. Ils ont effectué un massage cardiaque pendant plusieurs minutes. Il serait revenu à lui, les policiers l’ont alors mis en PLS. C’est alors qu’il aurait fait un deuxième malaise, fatal celui-ci. Ce père de famille cinquantenaire vient de mourir.

De nombreux témoignages de voisinages indignés

Les deux premières expulsions s’étaient passées dans le calme. On peut comprendre la détresse et l’énervement du père qui se voit expulser une troisième fois d’un appartement miteux depuis le mois de juin.

Le Dauphiné rapporte de nombreux témoignages de voisinage. Un voisin du dessus, qui a assisté à la scène, raconte : « On est tous sidérés. Comment expliquer qu’on en vienne, aujourd’hui en France, à mourir pour un appartement insalubre dans un quartier insalubre. C’est vraiment choquant » . « Aucun coup n’a été porté, mais les échanges ont été vifs. Comment lui en vouloir ? Il a agi en père de famille, en voulant protéger ses enfants et sa femme. Quand les policiers l’ont embarqué, plusieurs habitants leur ont dit qu’il était malade. » Et d’ajouter : « Sur la vidéo on le voit bien, quand les policiers le traînent, il est déjà inconscient ».

Le Dauphiné rapporte que « sur une autre vidéo, avant que les policiers ne l’emmènent dans leur véhicule, la victime est allongée dans une cage d’escalier et semble déjà en grande détresse ».

Un ami venu rapidement sur place témoigne dans le journal, expliquant qu’ils ont menotté Lakdhar devant ses enfants « dont une qui se tapait la tête contre le mur en voyant son père traîné par terre dans le couloir. Tout ça pour un appartement inoccupé depuis trois ans, sans eau, ni électricité ». Le journal rapporte qu’on entendait les cris des enfants depuis l’immeuble d’en face.

L’ami de la famille continue : « Ils l’ont traité comme un chien, ce n’est pas humain. Ils savaient qu’il était malade, qu’il avait un pacemaker : ils sont déjà venus deux fois, et je leur ai redit. Et quand j’ai dit « lâchez-le, il va mourir », l’un d’eux m’a répondu qu’ils appelleraient un médecin ! »

Les expulsions, symptôme d’une société capitaliste

Ce drame est la conséquence de la gestion de l’immobilier et ses mécanismes inhérents au système capitaliste. Le but est le profit. Pour faire monter la valeur, il faut faire en sorte que la demande soit largement supérieure à l’offre. D’après nos dirigeants, le faible taux d’offre devrait pousser à l’investissement dans l’immobilier et donc faire baisser in fine les prix. Une ineptie que seul le système capitaliste peut imaginer.

En 2019, rien qu’à Paris il y a 17 % de logements vides et 2,9 millions de m² de bureaux inoccupés en Ile-de-France en 2018 ! Ces bureaux et logements vides appartiennent très souvent à des banques ou des sociétés d’assurance qui spéculent sur les prix de l’immobilier, s’assurant des rentes tout en continuant à faire augmenter les prix de l’immobilier.

Il y a actuellement en France largement de logements pour loger dignement l’ensemble de la population. Si l’on veut résoudre le problème du logement, il faut lutter pour une baisse drastique et un blocage des loyers, réquisitionner l’ensemble des logements vides et transformer les bureaux inoccupés en logements. Il faut interdire purement et simplement les expulsions et mettre en place un véritable plan de construction massif de véritables logements sociaux avec des loyers à la portée des plus pauvres et non pas ces HLM qui sont devenus des logements pour les classes moyennes ++.




Mots-clés

Chambéry   /    Politique