^

Société

300 personnes dans la rue

Baisse des APL. Manifestation à Paris

Près d’un mois après l’annonce du gouvernement concernant la baisse des APL, le DAL (Droit au Logement) et d’autres associations avaient appelé à une manifestation pour le droit au logement et contre la baisse des APL.

Crédits photo : Révolution Permanente

C’est l’une des mesures emblématiques de ce gouvernement, qui « prend aux pauvres pour donner aux riches » : la baisse de 5 euros prévue pour octobre pour tous les bénéficiaires de l’Aide pour le Logement, et qui concerne 6 millions de personnes en France dont 40 % d’étudiants. Le Droit au logement, la CGT, Solidaires, l’UNEF, l’Association des chômeurs et précaires et de nombreuses autres organisations ont défilé cet après midi entre Olympiades (13° arrondissement) et Bercy, siège du ministère des finances. Près de 300 manifestants ont répondu à l’appel, avec dans toutes les têtes les multiples réformes anti-sociales sur lesquelles planche le gouvernement Macron : baisse de l’ISF, hausse de la CSG, réforme du code du travail, réforme de l’assurance chômage, etc.

Pour beaucoup, ces 5 euros sont plus qu’un symbole. Ils peuvent représenter un repas, une facture de téléphone ou bien les 5 euros qui restent à la fin du mois. Comme l’a rappelé Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole du DAL, « 60 % des bénéficiaires sont au SMIC et 40 % en dessous du seuil de pauvreté ». La question est d’autant plus brûlante que les loyers, notamment en région parisienne, représentent une part très importante du budget de ces allocataires ; pour les étudiants, c’est de l’ordre de 53 %. Arthur, du NPA Jeune, nous explique que « pour tous les étudiants, boucler ses fins de mois est quelque chose de difficile. Près de 60 % des étudiants sont salariés, dans des emplois très précaires, qu’ils soient serveurs, coursiers à vélo, surveillants ou salariés chez Mac Do. Au-delà de l’allocation d’autonomie qui serait nécessaire pour que tous les étudiants puissent suivre sereinement leurs études, il s’agit aussi de trouver des réponses à la question du logement. Encadrement des loyers et réquisition des logements vides sont plus que jamais nécessaires ».




Mots-clés

APL   /    Manifestation   /    précarité   /    Société