^

Société

39 milliardaires en France

C’est qui le plus riche ? C’est Bernard Arnault !

Le magazine Forbes France a sorti son classement annuel des milliardaires français. Avec ses 38 milliards d'euros, une fortune en hausse de 22% par rapport à 2016, Bernard Arnault, patron de LVMH, devient l’homme le plus riche de France.

AFP : Eric Piermont

Selon le Magazine Forbes, qui vient de publier son classement des personnalités les plus riches du monde, Bernard Arnault détrône Liliane Bettencourt pour devenir l’homme le plus riche de France. Avec plus de 38 milliards d’euros, il se place en tête du classement. A elles seules, les cinq premières fortunes françaises – dont Dassault, Arnault, Pinault - représentent près de 125,8 milliards de dollars. Le magazine révèle qu’en comptant les nouvelles fortunes, la fortune totale des milliardaires français a bondi de 21% par rapport à 2016 !
 
Un classement qui, chaque année, nous rappelle que les riches se portent toujours aussi bien. Mieux encore : le cercle restreint des milliardaires accueille de nouveaux sympathisants et concentre toujours plus d’argent par rapport à l’année précédente. Les riches toujours plus riches, les pauvres toujours plus pauvres.

En janvier 2015, une étude de l’Oxfam révélait que 62 personnes possédent à elles seules les mêmes richesses que 3,5 milliards de personnes. Dans l’introduction du rapport d’Oxfam on pouvait lire le constat suivant : « La crise mondiale des inégalités atteint de nouveaux sommets. Les 1 % les plus riches possèdent désormais davantage que les 99 % restants. Ils font usage de leur pouvoir et de leurs privilèges pour biaiser le modèle économique et creuser le fossé qui existe entre eux et le reste de la population. Un réseau mondial de paradis fiscaux a permis aux plus riches de cacher quelque 7 600 milliards de dollars. La lutte contre la pauvreté est vaine si la crise des inégalités n’est pas résolue. ».

Deux ans plus tard, loin d’avoir changé, la situation s’empire. Parce que depuis la crise qui a secoué le monde en 2008, le 1% le plus riche est sorti de cette crise encore plus riche, possédant autant de patrimoine que tout le reste de la population mondiale. Une poignée de riches souvent très proches de ceux qui nous gouvernent : ils dînent ensemble, se rencontrent, discutent et jouissent ensemble de leurs privilèges. Les patrons offrent des cadeaux à nos représentants, en échange les seconds aident les premiers à faire des bénéfices, à investir et à pouvoir licencier en toute tranquillité.
Ce qui en résulte est un creusement des inégalités entre les plus riches et la majorité des travailleurs-ses. Concrètement, alors que ces dernières années ont été marquées par plus de gains pour les riches, des millions de travailleurs-ses ont payé « leur crise » avec des pertes d’emplois, des attaques aux droit du travail, des coupes budgétaires dans l’éducation, la santé et les services sociaux, ou directement par l’appauvrissement extrême. Les travailleurs-ses ont littéralement « payé leur crise » parce que les États capitalistes ont combiné le rachat massif des banques aux coupes budgétaires en dépenses sociales ; les plus importantes depuis l’après guerre.

Après les 56 milliards de bénéfices faits par les entreprises du CAC40 en 2016, voilà une nouvelle révélation qui en dit long sur les richesses de ceux qui s’engraissent sur notre travail quotidien. Une raison de plus pour s’organiser et mettre notre nez dans les affaires de ce cercle de milliardaires.




Mots-clés

Bernard Arnault   /    LVMH   /    Société