^

Notre classe

Grosse ambiance sur le piquet

Onet : les grévistes gagnent contre la SNCF !

Alors que la grève se poursuit dans le 93, la SNCF avait assigné en justice neuf grévistes de Onet pour occupation illégale de la gare de Saint-Denis, entrave au nettoyage et risque de danger sur la sécurité en raison de l’insalubrité des installations. Raté ! Le pot de fer n’aura pas gagné !

Victoire contre la SNCF

En effet, à la suite de l’assignation de neuf grévistes en date du 12 décembre au Tribunal Administratif de Montreuil par la SNCF dans une tentative de donner un dernier soutien à Onet contre les grévistes, la justice a rendu son verdict : la SNCF est déboutée, Guillaume Pépy doit remballer son argumentaire !

Ni occupation illégale de la gare de Saint-Denis par les grévistes, ni entrave au nettoyage des installations par des intérimaires appelés par la société, H. Reinier, la maison mère d’Onet, ni risque de danger sur la sécurité pour cause d’insalubrité. Quand les éboueurs (ici les travailleurs du nettoiement) sont en grève, les patrons deviennent encore plus orduriers et ne reculent devant rien. A cette étape de la grève, néanmoins, ils ont dû reculer !

En rendant sa décision, jeudi, en milieu d’après-midi, le juge vient en effet de débouter la SNCF et rejette l’ensemble des motifs d’assignation. En outre, la SNCF a été condamnée à verser 500 euros par travailleur convoqué, soit 4500 euros qui seront reversés immédiatement à la caisse de grève des 84 grévistes qui poursuivent leur combat au niveau du réseau Paris-Nord.

Des négociations décisives avec Onet

Alors que de nouvelles négociations sont appelées ce jeudi 14, à partir de 18h30, entre la direction de Onet et les représentants des personnels, les délégués syndicaux et les grévistes, ces derniers sont encore plus déterminés autour de leurs deux dernières revendications. Ils ont déjà obtenu la suspension de la clause de mobilité, le passage du panier repas à 4euros, proratisé pour les salariés à temps partiel, mais aussi et surtout l’intégration de l’ensemble des travailleurs à la convention collective manutention ferroviaire, bien plus favorable que celle du nettoyage. Ce qui reste dans la balance a trait à la prime de vacances de 70% du salaire mensuel et à la prime de remise en état des gares. C’est ce qui se discutera ce soir.

Plus encore avec cette victoire en justice qui est avant tout le fruit de la mobilisation des grévistes et de leurs soutiens, « on ne lâchera rien jusqu’à l’obtention de toutes nos revendications », disait, plus tôt dans l’après-midi, Ahmadou Fofana, gréviste et délégué Sud Rail. C’est par un cri de joie que les grévistes présents sur le piquet ont accueilli la décision de justice.

Rendez-vous vendredi !

L’AG des grévistes appelle demain, vendredi, à une conférence de presse au sujet de la décision du Tribunal de Montreuil et en rapport avec les négociations de jeudi soir. Le rendez-vous a été fixé à 14h, sur le piquet, sur le parvis de la gare de Saint-Denis. C’est bien la grève qui est l’arme des travailleur-euse-s. C’est la grève aussi qui est la seule musique que comprend le patronat, celui du privé, Onet, comme celui du public, en l’occurrence la SNCF !




Mots-clés

Onet   /    Seine-Saint-Denis   /    SUD-Rail   /    Cheminot-e-s   /    Grève   /    SNCF   /    Notre classe